お誕生日おめでとう

Ils prennent de l'âge ce mois-ci :

Orihara Kô × 01.12.1998 × 18 ans
Cook Natsuki × 10.12.1986 × 30 ans
Okuno Kaneko × 11.12.1993 × 23 ans
Aida Mariko × 11.12.1997 × 19 ans
Arai Saeko × 25.12.1994 × 22 ans



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
agencyniji records
avatar
agency
niji records


curriculum vitae :
三宅匠
15.10.1988 ▬ Kyoto ▬ 27 ans de mensonges

Ingénieur du son à Niji Records

Célibataire, grand dragueur, il veut se prouver qu'il plait aux femmes

Anecdotes : Veut se convaincre qu'il est hétéro, n'assume absolument pas d'être attiré par les mecs ▬ Travaille beaucoup et souvent pour ne pas penser à son avenir sentimental ▬ Bois beaucoup, se drogue parfois en soirée ▬ Gros fêtard, il sort pour se vider la tête et oublier son malheur ▬ Mal dans sa peau ▬ N'a jamais été amoureux et à peur de l'être d'un garçon un jour ▬ Peut avoir de vrai réaction d'homophobe parfois ▬ Passionné de musique, il est ingé-son à Niji Records ▬ La musique le détend, il joue souvent de la guitare pour se calmer ▬ Drague toutes les filles qu'il voit pour se sentir "mec et viril" ▬



Liens : A eu la mauvaise idée de passé une nuit avec TJ il le regrette depuis ▬ Avec Natsuki ils ont pour habitude de refaire le monde autour d'un verre après le travail ▬ A failli finir dans le lit d'Hiroki mais les deux se sont rendu compte qu'ils n'étaient pas compatible, ce sont deux dominants ▬ Considère Cho Hee comme sa petite soeur ▬ Daichi est son frère jumeau, mais il ne l'accepte pas car il vient tout juste d'apprendre son existence ▬ Tomoya est le premier mec qu'il a connu et bien qu'il prétende le contraire il ne l'a pas complètement oublié ▬
réseaux sociaux :
••• more about me •••

le mensonge de ma viemon carnet de contact


Suivis RPs : Cho Hee #1TakuYa #3Daichi #4Tetsurou #1Tae Hyun #1

RPs Terminés:
 



MessageSujet: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Mar 25 Oct - 16:04

Je voulais m'assurer que tout va bien ...

Depuis cette soirée ou plutôt ce réveil chez mon frère je ne pensais plus jamais le revoir. Je n'avais pas demandé à ce qu'il entre dans ma vie au départ et clairement lui et moi on a rien en commun, on ne se comprend pas du tout. Parfois je regrette de l'avoir rencontré, ça a foutu la merde dans ma famille et il n'y a rien de positif à l'avoir dans ma vie, ce mec est une plaie et vu ce qu'il s'est passé il est hors de question que je le revois.
Enfin c'est ce que je pensais mais au final dans la vie parfois il arrive des choses qu'on ne contrôle pas. Il y a deux semaines je lisais le journal et je suis tombé sur un article relatant un accident, je lis toujours les colonnes en diagonal mais là un détail à retenu mon attention. Enfin plus qu'un détail un nom Hasegawa Daichi. Interpellé de voir son nom dans le journal du coup j'ai lu l'article, ça semblait vraiment grave, dans le journal il mettait que la victime était dans le coma. Tout le reste de la journée j'ai tenté de me convaincre que je m'en foutais, que c'était son problème et que je n'avais pas à m'emmêler. Mais malgré tous mes efforts je n'ai pas arrêté d'y pensé, m'inquiétant vraiment pour cet imbécile de jumeau.

Ne sachant pas trop si l'article était complet, j'ai décidé de me rendre à l'hôpital pour voir. Et puis qui sait s'ils ont besoin de sang ou je sais pas je pourrais aider. Attention je veux plus rien avoir à faire avec lui mais je suis pas odieux au point de souhaiter sa mort, et comme on partage le même sang, ça peut peut-être leur servir. Je m'y suis donc rendu une première et j'ai pu discuté avec le médecin, il était bien dans le coma, son état était grave mais les médecins semblaient tout de même y croire, je voulais pas le voir au début, juste avoir de ces nouvelles me suffisaient et je pouvais repartir puisqu'il était vivant. Mais l'infirmière m'a amené dans sa chambre, je serais incapable de l'expliqué mais quand je l'ai vu allongé sur ce lit, avec des tuyaux partout et cette machine qui bipait au rythme de son cœur, j'ai eu soudain une violente nausée. Je sais pas trop pourquoi d'après l'infirmière c'est normal, c'est le choc qui a fait ça, honnêtement je sais pas mais c'était bizarre. Je suis pas resté longtemps au début, ne sachant pas trop si d'autres personnes allaient venir, je voulais pas prendre le risque de croiser le type de la cuisine ou pire la famille de Daichi … Alors je suis repartie mais aller savoir pourquoi je suis revenu tous les jours.

Au final plus les jours passaient, plus je m'inquiétais, pourtant d'après les médecins sont état s'améliorait et pourtant il se réveillait pas et si finalement il finissait par mourir ? Sans le contrôler cette pensé m'est venu et j'ai paniqué. J'ai beau ne pas le connaître de toute évidence une partie de moi ne veut pas lâcher prise, et puis même sans ça, j'ai beaucoup repensé à la dernière fois où je l'ai vu, je sais qu'on a rien de jumeaux traditionnels et dans le fond même si on ne devient jamais de vrais frères je m'en fou mais juste, j'ai pas envie qu'il est cette image de moi, je suis peut-être pas parfait mais je suis pas non plus le pire des connards et ça me ferait chier qu'il meurt et qu'on en reste sur ça … C'est égoïste hein je sais, mais c'est comme ça. Alors voilà tous les jours, je vais à l'hôpital, toujours à la même heure, j'ai fini par repéré quand l'autre type vient et j'ai aperçus une femme sortir de sa chambre une fois, j'en suis pas sûr mais je crois que c'était sa mère, enfin ma … Peu importe maintenant je ne vois plus personnes, je ne reste jamais très longtemps c'est juste pour m'assurer qu'il respire encore.

En sortant du boulot je passe prendre un café au starbucks avant d'allé à l'hôpital, leur café sont immondes ! Je salue les infirmières qui commencent à me reconnaître maintenant et je vais m'installer dans le fauteuil dans le coin de sa chambre. Je sors mon magazine, je prévois de changer un peu le matos de mon studio d'enregistrement, je regarde ce que je pourrais acheter. De temps en temps je lève les yeux vers Daichi, il dort comme toujours, au final c'est reposant de le voir dormir, déjà il me prend pas la tête et il semble paisible, il a bien de la chance ...


 
if i keep lying to myself it might become the truth ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
citizen
avatar
citizen


curriculum vitae :

Daichi est né à Kyoto mais il a vécu plus de vingt ans dans la petite ville d'Himi. Il a 27 ans et est contraint de changer de métier souvent. Il est auteur-compositeur mais ne travaille pas pour une agence en particulier et sinon à l'heure actuelle, il travaille dans une école en tant que bibliothécaire.



Anecdotes :

Il a un frère jumeau • A cause de son passé, il est souvent obligé de mentir sur son identité, tout comme il se retrouve à changer de nombreuses fois de travail • Il a passé 2 ans et demi en prison, accusé à tort, pendant cette période et encore un peu après, personne n'entendit le son de sa voix. Il ne parlait pas. • Il est auteur compositeur néanmoins il utilise un pseudonyme plutôt que son prénom : Ses initiales "D.H" • Il n'aime pas se déshabiller devant les gens à cause des multiples cicatrices présentes sur son torse • Le danger le fascine, il est exactement ce genre de type qui n'hésitera pas à prendre le risque de marcher sur les railles d'un train ou de se pencher au-dessus du vide sans être attaché • La musique le détend mais il préfère en règle général les chansons calmes et sans paroles. Ironique pour un compositeur. • Il joue d'ailleurs très bien du violon et de la guitare, Daichi a un attrait particulier pour les instruments à corde• Il ne supporte pas le monde, encore moins les lieux bondés et les endroits clos, ça l'oppresse à cause de ce que cela lui rappelle • Il est plutôt distant avec les gens en règle général, que ce soit des inconnus ou des anciennes connaissances. Tout comme il est loin d'être une personne tactile • Cependant Daichi est un jeune homme généreux, avec le coeur sur la main. C'est aussi une personne calme qui ne s'emporte que rarement mais qui peut faire mal lorsqu'il le fait.



Liens : Takumi est donc son frère jumeau • Kei est son meilleur ami d'enfance et assurément plus encore ~ • Théa était sa voisine à une époque, il lui a écrit une chanson qui lui servit pour ses auditions • Hiroki, Cho Hee et T.J le confondent avec son frère •


réseaux sociaux : La fichetteLes liens


Suivis RPs : Kei ♥ Brother ♥Tetsu ♥T.JHanaYukariCho HeeHirokiTomoya




MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Mar 25 Oct - 17:42


Takumi & Daichi

Je voulais m'assurer que tout va bien ...


Probablement que s’il n’avait pas tous les cachets qui l’épuisaient, Daichi n’arriverait pas à dormir. Il luttait, luttait pour ne pas fermer l’oeil, pour trouver une solution mais au bout du compte, le sommeil l’emportait toujours sur le reste. Il n’avait pas envie de dormir, il voulait pouvoir se lever, pouvoir sortir d’ici puis retrouver Kei. Malgré sa faiblesse, il avait essayé de l’appeler, de le contacter. En vain. Il n’avait pas réussi. Tetsuro l’avait prévenu pourtant. Il lui avait dit que son petit ami n’était plus ici, qu’on l’avait enfermé dans un centre et que personne de l’extérieur ne pouvait le contacter. Son coeur se compressait à chaque fois qu’il y pensait, se demandant pourquoi Fukujiro leur faisait ça, pourquoi il les empêchait de se voir et malheureusement, le compositeur était loin d’être rétabli pour oser l’affronter. Sauf qu’il était mort d’inquiétude, qu’il ignorait comment se portait son bien aimé et il se doutait que celui-ci n’était pas à péter la forme. Plus que s’en doutait, il le ressentait... C’était peut-être pour cela qu’à peine sorti du coma, il avait cette énorme boule au ventre, cette compression au niveau du coeur et cette peur incessante à l’idée de le perdre. Il était effrayé à l’idée de comment il allait retrouver son compagnon, dans quel état serait ce dernier et c’était la raison pour laquelle, il aimerait sortir rapidement de l’hôpital. Hors on lui avait clairement fait comprendre que ce n’était pas pour de suite, qu’il venait tout juste de sortir d’un long sommeil, qu’il était blessé et qu’il était déjà énormément chanceux d’avoir survécu à un tel accident. Lui n’avait que faire des détails, il souhaitait quitter son lit puis voir son petit ami, lui dire qu’il était vivant puis reprendre leur quotidien tranquillement... Certainement que Kei ignorait qu’il était réveillé et c’était le pourquoi Daichi essayait de l’appeler, pour entendre sa voix mais également pour que son petit ami entende la sienne, qu’il soit rassuré, qu’il ne pense plus au malheur puis trouve la force d’avancer en sachant maintenant qu’il n’y avait réellement plus aucun danger. Il s’en voulait tellement... Il s’en voulait d’avoir mis un pas dans cette maudite maison, d’avoir incité son bien aimé à l’accompagner et de lui avoir donné un spectacle horrible... Puisqu’il se souvenait maintenant, il se souvenait de ce regard de détresse que lui avait accordé le professeur, il revoyait cette expression des centaines de fois et elle n’avait cessé d’hanter ses nuits... Quand il était dans le coma, c’était cette image qui défilait sans arrêt dans son esprit, cette image de lui sur ce balcon et son amoureux en bas qui lui hurlait de sauter, criant que c’était trop dangereux, qu’il ne devait pas rester là puis sentir le tout s’écrouler sous ses pieds. Cette sensation, le compositeur ne l’oublierait probablement jamais.

S’il dormait, le jeune homme ne se sentait pas bien pour autant. Le martyre qu’on infligeait à son âme était atroce, il n’avait pas éprouvé de telle douleur depuis longtemps... Réellement, il le sentait ce fond. Il sentait chacun de ses muscles qui se tendait, il avait peur de ce que lui réserver son avenir et alors qu’il avait besoin d’une seule et même personne, on la lui avait arraché sauvagement. On l’empêchait de la voir, de l’appeler, ce qui avait le don de l’achever un peu plus. Il ne demandait pourtant pas grand chose... Daichi avait conscience que s’il souhaitait voir Kei, il devait être patient, il devait se battre pour se rétablir au plus vite cependant ça le terrifiait, ça le terrifiait de ne pas comment sa voir se porter son petit ami, de ne pas savoir ce qu’on lui faisait dans ce centre et si on s’occupait bien de lui. Il voulait le voir le plus rapidement possible, dés qu’il serait un minimum sur pied, il souhaitait quitter ce maudit hôpital pour se rendre dans ce centre parce que la vie sans son bien aimé, c’était trop difficile. Il n’arrivait pas à avancer si ce dernier n’était pas à ses côtés.

Sauf qu’il avait beau songé ainsi, depuis son réveil, le garçon ne faisait pratiquement que dormir. Il fallait dire que la morphine l’assommait quelque peu mais ceci n’empêchait pas son coeur de baigner dans un océan de sang. Lorsqu’il ouvrit les yeux ce matin là, il ne savait pas trop quelle heure il était... Vu le temps qu’il passait à somnoler de toute façon, il ne se souciait pas vraiment de ce détail là. Ses paupières se clignèrent afin de s’habituer à la lumière puis alors qu’il détournait son regard à côté de lui, il afficha un petit air surpris à cause de la personne qui se trouvait là.

- Takumi ? L’appela-t-il faiblement, quelque peu étonné, Qu’est-ce que tu fais ici ?

T’en as d’autres des questions aussi idiote ? Ce qu’il fait là ? Cela ne se voit pas, il se fait un bowling, abruti. Difficilement, afin d’émerger, il releva son bras en direction de ses yeux, les frottant mollement avant d’appuyer sur le bouton près du lit pour remonter le dos de son lit. Une grimace discrète se forma sur sa figure à cause de la douleur, ce qui le força à ne pas trop lever le dossier non plus, juste assez pour être dans une position plus confortable.

- Tu vas bien ?

Un brin d’inquiétude se reflétait dans sa voix alors que franchement, ce garçon était trop gentil, ce n’était pas à lui de demander ça.


AVENGEDINCHAINS


In your heart, in your mind
I know now, just quite how my life and love might still go on. If I could, then I would, I'll go wherever you will go. Way up high or down low. I'll go wherever you will go© ΣXODUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agencyniji records
avatar
agency
niji records


curriculum vitae :
三宅匠
15.10.1988 ▬ Kyoto ▬ 27 ans de mensonges

Ingénieur du son à Niji Records

Célibataire, grand dragueur, il veut se prouver qu'il plait aux femmes

Anecdotes : Veut se convaincre qu'il est hétéro, n'assume absolument pas d'être attiré par les mecs ▬ Travaille beaucoup et souvent pour ne pas penser à son avenir sentimental ▬ Bois beaucoup, se drogue parfois en soirée ▬ Gros fêtard, il sort pour se vider la tête et oublier son malheur ▬ Mal dans sa peau ▬ N'a jamais été amoureux et à peur de l'être d'un garçon un jour ▬ Peut avoir de vrai réaction d'homophobe parfois ▬ Passionné de musique, il est ingé-son à Niji Records ▬ La musique le détend, il joue souvent de la guitare pour se calmer ▬ Drague toutes les filles qu'il voit pour se sentir "mec et viril" ▬



Liens : A eu la mauvaise idée de passé une nuit avec TJ il le regrette depuis ▬ Avec Natsuki ils ont pour habitude de refaire le monde autour d'un verre après le travail ▬ A failli finir dans le lit d'Hiroki mais les deux se sont rendu compte qu'ils n'étaient pas compatible, ce sont deux dominants ▬ Considère Cho Hee comme sa petite soeur ▬ Daichi est son frère jumeau, mais il ne l'accepte pas car il vient tout juste d'apprendre son existence ▬ Tomoya est le premier mec qu'il a connu et bien qu'il prétende le contraire il ne l'a pas complètement oublié ▬
réseaux sociaux :
••• more about me •••

le mensonge de ma viemon carnet de contact


Suivis RPs : Cho Hee #1TakuYa #3Daichi #4Tetsurou #1Tae Hyun #1

RPs Terminés:
 



MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Mer 26 Oct - 9:46

Je voulais m'assurer que tout va bien ...

Rester un peu auprès de Daichi est devenu un rituel, c'est débile je sais, en plus ça ne sert à rien puisqu'il est dans le coma mais bon c'est plus fort que moi. Je fais comme si j'étais chez moi, je m'installe sur le fauteuil, je bouquine mon magazine avec mon café à côté normal … Je reste généralement une heure durant laquelle les infirmières viennent s'assurer qu'il est toujours vivant, l'une d'elle m'a déjà demander pourquoi je lui parlais pas en m'expliquant que même dans le coma un patient vous entend. Honnêtement j'ai joué le timide devant l'infirmière parce qu'elle nous connait pas, je me voyais mal lui dire que j'avais rien à raconter, que je le connais à peine et que la dernière fois qu'on s'est vu il m'a ramassé complètement torché dans un bar pour me retrouver le lendemain à poil dans sa cuisine en train de tripoter son mec. Au final c'est peut-être mieux de pas parler dans notre cas, parce que je vois pas bien ce que je pourrais lui dire.
Je réalise alors que ça m'arrange presque qu'il soit dans le coma, je suis un monstre de penser ça …

Je continue ma lecture, je repère d'ailleurs un micro pas mal, le prix est un peu cher mais en travaillant à la Rainbow je peux avoir des réductions, je regarde aussi les amplis et les guitares, j'en ai déjà plusieurs à la maison mais je ne dis jamais non à une nouvelle.
Je suis concentré sur ma lecture, absorbé par le choix qui s'offre à moi, je relève rapidement la tête vers Daichi, RAS, alors je replonge dans le magazine, et quelques minutes après, j'entend une faible voix appeler mon nom. Je relève les yeux pris d'un léger mouvement de panique. Je vois alors mon frère les yeux ouverts, faiblement mais ouvert. Putin il s'est réveillé le con. Je dois avouer que j'avais pas trop penser à ça. C'est con hein parce que bon les médecins l'ont bien dit qu'il allait de mieux en mieux donc qu'il se réveille c'est logique quelque part mais je m'y étais pas préparé. En même temps est-ce qu'on peut se préparer à ça ? Genre tu te fais un scénario dans ta tête avec ce que tu va dire du style « bon retour parmis les vivants ! » non franchement ça se prépare pas. C'est comme découvrir que son frère à eu un accident et a failli mourir, qui vous prépare à ça aussi ? En plus je l'ai appris dans le journal genre si encore on m'avait appeler et qu'on m'avait dit « asseyez vous , vous risquez d'avoir un choc » genre tu sais pas ce qui va te tomber sur la gueule mais déjà tu t'attend au pire, moi je mangeais tranquillement mes craquottes en buvant mon café quand j'ai vu son nom dans le journal, genre pas de warning rien !
Alors que j'allais paniqué sa question me fait rire. Bon c'est nerveux hein, mais il est con aussi à me demander ce que je fou là.

« C'était happy hour sur le café de l'hôpital. » Je le dévisage un instant, comme pour m'assurer que j'ai pas rêvé mais non il est bien réveillé, enfin pas très très réveilllé mais plus dans le coma quoi. « C'est moi qui devrait te demander ça. »

Bon après ma question serait tout aussi conne parce que lui ça m'étonnerait qu'il est prévu son séjour ici, je connais assez peu de gens qui planifie d'avoir un accident pour finir dans le coma, ou alors un suicidaire et encore lui prévoit pas le séjour à l'hôpital ou alors pour dans un frigo et je crois pas qu'il soit de ce genre-là. Enfin bon clairement j'aurais du prévoir un truc pour le cas où il se réveillerait, j'avais juste pas penser que ça puisse arriver, ou pas quand je suis là. Si j'avais su qu'il était plus dans le coma je serais pas venu pour éviter ça, je sais pas quoi lui dire moi.
Je finis vraiment par rigoler quand il me demande si ça va. C'est le monde à l'envers.

« C'est pas moi qui suit couché dans un lit d'hôpital je te rappelle. »

Non mais c'est vrai ça, c'est lui qui est allongé dans un lit d'hôpital, tout cabossé de partout. Même si je suis mal à l'aise de le voir réveillé, je suis aussi soulagé, il est définitivement pas mort. Même si je comptais pas le revoir, juste savoir qu'il était vivant c'était suffisant. Bon là du coup je l'ai un peu dans l'os parce que ça va être dur d'esquiver, ou alors il a l'air un peu dans le paté, si je me barre quand il se rendort peut-être qu'il se souviendra pas que j'étais là ? Non c'est chier ça, même pour moi, en plus je me ferais surement dénoncé par les infirmières. Non va falloir que je trouve un truc parce que ce silence devient très lourd. Autant j'appréciais le calme quand il dormait, autant là c'est vraiment pas suportable.

« Tu … tu veux que j'appelle un médecin, ou tu veux de l'eau je sais pas ? »

Bon en fait j'aurais mieux fait de rien dire parce que ça aide pas des masses mais bon ...


 
if i keep lying to myself it might become the truth ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
citizen
avatar
citizen


curriculum vitae :

Daichi est né à Kyoto mais il a vécu plus de vingt ans dans la petite ville d'Himi. Il a 27 ans et est contraint de changer de métier souvent. Il est auteur-compositeur mais ne travaille pas pour une agence en particulier et sinon à l'heure actuelle, il travaille dans une école en tant que bibliothécaire.



Anecdotes :

Il a un frère jumeau • A cause de son passé, il est souvent obligé de mentir sur son identité, tout comme il se retrouve à changer de nombreuses fois de travail • Il a passé 2 ans et demi en prison, accusé à tort, pendant cette période et encore un peu après, personne n'entendit le son de sa voix. Il ne parlait pas. • Il est auteur compositeur néanmoins il utilise un pseudonyme plutôt que son prénom : Ses initiales "D.H" • Il n'aime pas se déshabiller devant les gens à cause des multiples cicatrices présentes sur son torse • Le danger le fascine, il est exactement ce genre de type qui n'hésitera pas à prendre le risque de marcher sur les railles d'un train ou de se pencher au-dessus du vide sans être attaché • La musique le détend mais il préfère en règle général les chansons calmes et sans paroles. Ironique pour un compositeur. • Il joue d'ailleurs très bien du violon et de la guitare, Daichi a un attrait particulier pour les instruments à corde• Il ne supporte pas le monde, encore moins les lieux bondés et les endroits clos, ça l'oppresse à cause de ce que cela lui rappelle • Il est plutôt distant avec les gens en règle général, que ce soit des inconnus ou des anciennes connaissances. Tout comme il est loin d'être une personne tactile • Cependant Daichi est un jeune homme généreux, avec le coeur sur la main. C'est aussi une personne calme qui ne s'emporte que rarement mais qui peut faire mal lorsqu'il le fait.



Liens : Takumi est donc son frère jumeau • Kei est son meilleur ami d'enfance et assurément plus encore ~ • Théa était sa voisine à une époque, il lui a écrit une chanson qui lui servit pour ses auditions • Hiroki, Cho Hee et T.J le confondent avec son frère •


réseaux sociaux : La fichetteLes liens


Suivis RPs : Kei ♥ Brother ♥Tetsu ♥T.JHanaYukariCho HeeHirokiTomoya




MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Mer 26 Oct - 16:03


Takumi & Daichi

Je voulais m'assurer que tout va bien ...


En toute honnêteté, Daichi était encore un peu trop « à l’ouest » pour penser à sa rancune envers son frère. Il était trop ailleurs également, concentré sur son petit ami qu’on lui avait retiré de force, petit ami qu’il avait extrêmement besoin en cet instant mais qui n’était pas là. Aujourd’hui précisément, la personne à qui il en voulait, c’était à Fukujiro. Il lui en voulait de lui enlever sa seule source de bonheur, de les priver d’amour, de ne pas comprendre que ce que tous deux avaient besoin c’était d’être ensemble. Il pouvait comprendre la douleur de Kei de le savoir dans le coma, de se sentir désespéré au point de ne jamais vouloir quitter la chambre de son bien aimé puisque si les rôles avaient été inversés, lui aussi aurait été anéanti. Lui aussi se serait effondré au point de ne plus boire, de ne plus manger et de ne pas s’apercevoir qu’il était en train de se laisser mourir à petit feu. Parce qu’il n’y avait que cette personne qui le faisait vivre, aussi égoïste soit-il, c’était la vérité. Son unique raison d’exister c’était ce professeur alors s’il lui arrivait quelque chose, assurément que le jeune homme toucherait le fond et plus encore. Sauf que s’il apprenait le réveil de son compagnon, il serait le premier heureux, il serait le premier à courir à l’hôpital pour se tenir à ses côtés, l’embrasser et lui conter ô combien il lui avait manqué, ô combien il avait cru que c’était la fin, que sans lui sa vie était fichue, qu’il n’avait pas intérêt de lui refaire ça tout en serrant sa main le plus puissamment possible. Il pourrait enfin se reprendre en main parce que son amour serait là, parce qu’il ne serait pas seul à poireauter dans ce lit d’hôpital et il s’excusait réellement auprès de ses proches mais ce n’était pas la présence de Tetsuro, de ses parents ou de son frère qui parviendrait à combler ce manque qui lui tiraillait l’âme. Et il était certain que c’était la même chose pour Kei. Il était certain qu’être seul dans ce centre n’était pas ce qui l’aiderait à aller mieux... S’il souffrait, c’était de sa faute, oui parce qu’il était dans le coma mais maintenant qu’il était réveillé, est-ce que l’enseignant ne serait pas rassuré ? Qui est-ce qui lui enlèverait sa culpabilité si ce n’était pas lui ? Il devait impérativement le voir... Ne pas l’avoir auprès de lui le tracassait de plus en plus, il avait besoin de le voir. Comment pourrait-il s’en sortir si son amour n’était pas à ses côtés ? Il n’arrivait pas à penser à autre chose qu’à lui alors que c’était évident qu’il devrait songer à sa santé avant le reste.

Ses prunelles observaient faiblement son jumeau à côté de lui, n’étant pas réellement en état pour saisir sa blague, ni même pour rire. Il n’avait pas envie de plaisanter. Il n’avait envie de rien en réalité... Pourquoi était-il l’hôpital ? Etait-il obligé d’en parler ? Il ne voulait pas parler non plus. Il voulait dormir, oublier le reste, oublier qu’on lui avait enlevé de force ce qui le maintenait debout...

« Je ne sais pas. » Avait-il chuchoté, rivant son regard vers le plafond.

Ô que si, il savait. Chaque image se répétait sans arrêt dans son esprit, si la veille il ne s’en souvenait pas, à présent il était capable de noter chaque détail et ça ne l’aidait pas à se sentir mieux. Il regrettait d’avoir été aussi idiot, si insouciant... Vraiment, il méritait des claques. Il méritait la pire des sentences. Peut-être était-ce pour cela qu’on lui avait enlevé son bien aimé. C’était sa punition.

Il ne releva pas l’autre rétorque de l’ingénieur, se contentant d’hausser les épaules. Justement, il était couché dans un lit d’hôpital donc on n’avait pas besoin de lui poser la question puisque la réponse était évidente. Se connaissant, il aurait déclaré un « ça va » alors qu’au fond rien n’allait dans sa vie. Son corps était en miette, il avait l’impression de perdre la tête puis le manque qu’il éprouvait était beaucoup trop grand. La lueur dans ses pupilles n’exprimaient rien, elle semblait perdu, ailleurs, comme son esprit. Il était là sans être réellement là. Un réveil comme ça, c’était douloureux... S’il avait su, peut-être qu’il ne se serait pas réveillé.

- J’en ai assez des médecins...

Depuis hier, c’était le défilé dans sa chambre et autant dire que c’était un peu agaçant. Certes, ils étaient là pour contrôler son état, pour voir si tout était norme parce que quinze jours de coma, ce n’était malgré tout, pas rien. On ne savait jamais lorsqu’une personne devait se réveiller, en règle général si celle se réveille dans les premiers jours c’est bon signe, mais plus ça tarde, plus le risque de séquelles est présent. Tetsuro le lui avait dit, qu’ils avaient eu peur qu’ils ne se réveillent pas, que ça ne les rassurait pas de le voir endormi et que s’il avait sommeillait encore plus longtemps, son cerveau aurait pu être sérieusement endommagé. On devait lui faire des examens pour vérifier tout cela et autant dire que le jeune homme n’était pas motivé... Il n’avait que faire que son cerveau soit touché, qu’on lui ampute un bras, une jambe. A quoi bon ? Certes, son état ne l’aidait pas à penser positivement. Probablement que d’ici quelques jours, il verrait différemment mais là, c’était trop difficile.

- Je veux Kei... Souffla le compositeur d’une voix fébrile, ses doigts se crispant à son drap, le serrant avec autant de force que sa condition le lui permettait, C’est tout ce que je veux...

Mais apparemment, c’était déjà « trop ».


AVENGEDINCHAINS


In your heart, in your mind
I know now, just quite how my life and love might still go on. If I could, then I would, I'll go wherever you will go. Way up high or down low. I'll go wherever you will go© ΣXODUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agencyniji records
avatar
agency
niji records


curriculum vitae :
三宅匠
15.10.1988 ▬ Kyoto ▬ 27 ans de mensonges

Ingénieur du son à Niji Records

Célibataire, grand dragueur, il veut se prouver qu'il plait aux femmes

Anecdotes : Veut se convaincre qu'il est hétéro, n'assume absolument pas d'être attiré par les mecs ▬ Travaille beaucoup et souvent pour ne pas penser à son avenir sentimental ▬ Bois beaucoup, se drogue parfois en soirée ▬ Gros fêtard, il sort pour se vider la tête et oublier son malheur ▬ Mal dans sa peau ▬ N'a jamais été amoureux et à peur de l'être d'un garçon un jour ▬ Peut avoir de vrai réaction d'homophobe parfois ▬ Passionné de musique, il est ingé-son à Niji Records ▬ La musique le détend, il joue souvent de la guitare pour se calmer ▬ Drague toutes les filles qu'il voit pour se sentir "mec et viril" ▬



Liens : A eu la mauvaise idée de passé une nuit avec TJ il le regrette depuis ▬ Avec Natsuki ils ont pour habitude de refaire le monde autour d'un verre après le travail ▬ A failli finir dans le lit d'Hiroki mais les deux se sont rendu compte qu'ils n'étaient pas compatible, ce sont deux dominants ▬ Considère Cho Hee comme sa petite soeur ▬ Daichi est son frère jumeau, mais il ne l'accepte pas car il vient tout juste d'apprendre son existence ▬ Tomoya est le premier mec qu'il a connu et bien qu'il prétende le contraire il ne l'a pas complètement oublié ▬
réseaux sociaux :
••• more about me •••

le mensonge de ma viemon carnet de contact


Suivis RPs : Cho Hee #1TakuYa #3Daichi #4Tetsurou #1Tae Hyun #1

RPs Terminés:
 



MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Ven 28 Oct - 2:39

Je voulais m'assurer que tout va bien ...

Si rendre visite à Daichi était devenu une habitude, je n'avais pas vraiment prévu de lui reparler. Je sais que ça semble étrange, mais on a pas une relation très normale de toute manière. On est jumeau et pourtant on se connait depuis 2 mois et la dernière fois qu'on s'est vu ça s'est très mal fini. Faut dire que physique mis à part, on a rien en commun, enfin si on a des trucs en commun, genre la musique mais ça ne suffit pas à construire des liens fraternels. J'ai eu envie de croire pendant un temps qu'on pourrait peut-être réussir à s'entendre, mais soyons honnête si on avait pas été frères on ne se serait jamais adressé la parole et être séparé 27 ans ça n'arrange pas les choses. Alors oui j'avais décidé de tirer un trait sur lui, continuer ma vie dans mon coin et le laisser où il était mais c'était sans compter son accident. Le fait qu'on ne s'entende pas et que l'on ne garde pas de contact direct ne signifie en aucun cas que je veux le voir mort. Et l'idée qu'il était dans le coma m'a vraiment fait un choc, plus que je ne l'aurais pensé. Alors non je n'ai pas « ressenti » son accident, on a pas le liens psychiques ni rien, mais savoir qu'il avait frôler la mort et qu'il n'était pas encore réveillé ça m'a vraiment retourné. J'ai réalisé que s'il mourrait je perdais toute chance de nouer quoi que se soit, j'y croyais déjà plus mais tant qu'il est vivant quelque part il reste un espoir, mais s'il meurt tout sera vraiment fini. Alors je suis allé à l'hôpital, pour m'assurer qu'il était en vie, et chaque jour j'ai continué, et depuis 4 jours je reste même assis dans sa chambre avant de rentrer chez moi.
Je comptais faire pareil aujourd'hui, rester une heure et partir ni vu ni connu, c'était sans compté qu'il puisse se réveiller et bien entendu il a fallu que ça arrive.
C'est rassurant quelque part, il n'est plus dans le coma c'est une bonne nouvelle, mais j'avoue que là tout de suite j'ai pas trop envie de sauter de joie, étant un peu confus.
Clairement lui il est dans le pâté, ces paroles n'ont pas vraiment de sens, mais j'imagine qu'il est bourré de médocs alors ça se comprend.

Gêné par la situation je ne trouve rien à dire, alors je lui demande ce qu'il veut. Il semble épuisé, et l'idée de voir un médecin n'a pas l'air de l'enchanter. Je n'ai jamais vécu ce genre de situation mais je peux comprendre. Déjà se réveillé dans un hôpital c'est pas la joie mais quand tu dois y rester tes visites se résume la plupart du temps à ta famille et le personnel médical. Niveau famille je ne peux rien dire, je ne la connais pas, j'ai bien une femme plusieurs fois, j'en déduis que c'est sa mère et puis au début il y avait l'autre mec, le cuisto, mais je l'ai pas revu depuis 3/4 jours lui … D'ailleurs je crois que c'est lui qu'il veut. Je suis pas sûr parce que c'est vrai que je connais pas du tout son nom, mais si j'ai bien compris c'est son mec, j'ai encore du mal à y croire en passant, et du coup je suppose que dans un moment pareil c'est normal de vouloir la personne qu'on aime avec nous.
Je réfléchis un instant, c'est bizarre qu'il soit plus là, au début il était là H24 c'est pour ça que je prenais des nouvelles depuis le couloir et je n'entrais pas, si je peux rester désormais c'est parce que j'ai champ libre et c'est pas normal maintenant que j'y pense.

« Je … Tu veux que je l'appelle ? »

Bon j'ai pas son numéro mais ça j'imagine que ça se trouve. J'ai pas particulièrement envie de lui parler mais au pire je lui dis de rappliquer et je les laisse tranquille. Maintenant qu'il est sortie du coma, je ne me vois pas revenir, je n'ai rien à lui dire et clairement il y a un gros malaise entre nous donc autant le laisser vivre tranquillement, se remettre sur pied et voilà. Je voulais m'assurer qu'il était vivant, maintenant c'est bon, et puisqu'il n'a pas besoin de moi.
Et puis si ce Kei peut pas venir je pourrais toujours demander à l'hôpital d'appeler sa mère, parce que ça c'est mort je pourrais pas. Déjà le cuisto ça va pas être évident mais ma génitrice c'est hors de question, je peux pas et je ne veux pas. Je ne sais même pas s'il y a d'autres personnes à contacter, quand je vous dis que je sais rien de lui.
Plus les minutes passent et plus je me sens de trop. Je ne me vois pas partir comme ça mais en même temps je ne sais pas trop ce que je fou là, du moins comment lui expliquer quoi.

« Si tu veux que je te laisse tranquille dis-le. »

Je ne suis tellement pas prêt pour ce genre de situation, j'aurais préféré ne pas entrer dans sa chambre. Je suis surement la dernière personne qu'il a envie de voir en ce moment ...


 
if i keep lying to myself it might become the truth ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
citizen
avatar
citizen


curriculum vitae :

Daichi est né à Kyoto mais il a vécu plus de vingt ans dans la petite ville d'Himi. Il a 27 ans et est contraint de changer de métier souvent. Il est auteur-compositeur mais ne travaille pas pour une agence en particulier et sinon à l'heure actuelle, il travaille dans une école en tant que bibliothécaire.



Anecdotes :

Il a un frère jumeau • A cause de son passé, il est souvent obligé de mentir sur son identité, tout comme il se retrouve à changer de nombreuses fois de travail • Il a passé 2 ans et demi en prison, accusé à tort, pendant cette période et encore un peu après, personne n'entendit le son de sa voix. Il ne parlait pas. • Il est auteur compositeur néanmoins il utilise un pseudonyme plutôt que son prénom : Ses initiales "D.H" • Il n'aime pas se déshabiller devant les gens à cause des multiples cicatrices présentes sur son torse • Le danger le fascine, il est exactement ce genre de type qui n'hésitera pas à prendre le risque de marcher sur les railles d'un train ou de se pencher au-dessus du vide sans être attaché • La musique le détend mais il préfère en règle général les chansons calmes et sans paroles. Ironique pour un compositeur. • Il joue d'ailleurs très bien du violon et de la guitare, Daichi a un attrait particulier pour les instruments à corde• Il ne supporte pas le monde, encore moins les lieux bondés et les endroits clos, ça l'oppresse à cause de ce que cela lui rappelle • Il est plutôt distant avec les gens en règle général, que ce soit des inconnus ou des anciennes connaissances. Tout comme il est loin d'être une personne tactile • Cependant Daichi est un jeune homme généreux, avec le coeur sur la main. C'est aussi une personne calme qui ne s'emporte que rarement mais qui peut faire mal lorsqu'il le fait.



Liens : Takumi est donc son frère jumeau • Kei est son meilleur ami d'enfance et assurément plus encore ~ • Théa était sa voisine à une époque, il lui a écrit une chanson qui lui servit pour ses auditions • Hiroki, Cho Hee et T.J le confondent avec son frère •


réseaux sociaux : La fichetteLes liens


Suivis RPs : Kei ♥ Brother ♥Tetsu ♥T.JHanaYukariCho HeeHirokiTomoya




MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Ven 28 Oct - 22:36


Takumi & Daichi

Je voulais m'assurer que tout va bien ...


Kei. Il n’avait que ce prénom à la bouche depuis la veille. Dés qu’on lui parlait, Daichi ne cessait de répéter qu’il voulait son petit ami à ses côtés. Il s’en fichait du reste, il s’en fichait de sa rééducation, de son rétablissement, de qui venait lui rendre visite et à quel point sa condition était mauvaise. Sa motivation n’était pas là parce que justement il était dans un piteux état, que son coeur était en miette et qu’on lui avait enlevé la seule personne capable d’adoucir chacune de ses plaies. Il n’était même pas désolé pour ses autres proches parce qu’aucun d’entre eux ne pouvait remplacer son bien aimé. Personne n’avait la capacité de prendre sa place puisque celle-ci était unique dans son âme, elle lui était dédiée et il n’aimerait jamais autant quelqu’un qu’il ne l’aimait lui. Il était son tout, son souffle, sa drogue, son oxygène, sa seule raison de vivre et de se battre. Oui, il devait avancer, il devait écouter les conseils des médecins puis se dire qu’ainsi il retrouverait son compagnon plus rapidement. Mais comment expliquer que pour l’instant il n’en avait même pas la force donc comment aurait-il pu avoir un soupçon de détermination en sachant qu’il était si faible. Il peinait déjà à se défaire de cette image atroce qui le hantait depuis des jours, à ce regard affreux que lui avait adressé son petit ami, le dernier souvenir qu’il avait de lui jusqu’à maintenant. C’était horrible de se dire que la seule image qu’on arrive à garder à l’esprit n’était rien d’autre qu’une expression terrifié, qu’un désespoir immense. Et à chaque fois qu’il y songeait, il sentait chaque morceau de son coeur se déchirait petit à petit, s’arrachant avec hargne tandis que même cette sensation sous ses pieds, ses tremblements qui faisaient vibrer ses jambes, cette odeur de poussière qui lui brûlait le nez désormais rien qu’à y penser, ce bruit atroce de l’éboulement... Daichi se souvenait du moindre détail et ça le paniquait plus qu’il ne l’avouerait à voix haute. Il se souvenait de toute cette peur qu’il avait éprouvé à ce moment là mais par-dessus tout ce qui le marquait le plus, c’était cette lueur qui brillait dans les pupilles de son bien aimé. Comme un idiot, il lui avait souri, il lui avait donné de l’espoir du haut de sa fenêtre mais il n’avait pas été fichu de tenir sa promesse. Il n’était pas revenu à ce moment. Il n’était pas sorti de la maison alors qu’il lui avait promis qu’il reviendrait... Peut-être était-ce pour ça qu’on avait emmené Kei loin de lui ? C’était sa punition pour être entrer dans ce lieu interdit parce qu’il n’avait pas voulu écouté son petit ami, qu’il n’en avait fait qu’à sa tête. Etait-il égoïste de le désirer autant à présent ? De supplier chaque personne qui rentrait dans sa chambre en disant qu’il le voulait à ses côté... Peu importait ce qu’il s’était passé, on n’avait pas le droit de le lui enlever...

Ils avaient autant besoin l’un de l’autre donc pourquoi vouloir à tout prix les séparer, pourquoi les laisser s’enfoncer dans la solitude alors que tous savaient qu’ils n’étaient pas fichus de s’en sortir s’ils n’étaient pas ensemble. C’était malheureux mais c’était ainsi. En étant sa raison de vivre, Kei était avant tout sa force, son courage, sa volonté... Pour lui, le compositeur était prêt à tout, vraiment tout. Il n’était pas en mesure de lui offrir un monde pleins d’or mais de l’amour à revendre, il en avait plus qu’il n’en fallait. Il savait qu’il avait sûrement échoué dans l’idée de le protéger, qu’il l’avait probablement plus blessé qu’il ne l’imaginait néanmoins qui ne faisait pas des erreurs ? Son coeur ne battait que pour cet homme, il ne vivait que pour se tenir à ses côtés, c’était ainsi... Il n’avait pas prévu à ce que cette maison s’effondre ni à ce qu’il finisse dans un sommeil profond pendant plusieurs jours... Donc, pourquoi les privait-on ? Il avait besoin de le voir, de s’assurer qu’il allait bien, qu’il ne souffrait pas et lui dire que bientôt, ils rentreraient dans leur appartement, qu’ils retrouveraient leur vie d’antan. Sauf que cette affreux pressentiment continuait de torturer son coeur, de lui faire comprendre que ce n’était pas possible, que Kei était déjà loin maintenant parce que les personnes autour d’eux ne souhaitaient plus qu’ils soient proches l’un de l’autre.

Daichi secoua vivement son visage à la rétorque de son frère, ses doigts s’agrippant faiblement au drap tandis qu’il répétait des petits « non ».

« Il ne pourra pas répondre » Chuchota le jeune homme d’une voix meurtri, un léger sanglot mourant dans sa gorge « Son père l’a emmené... »

Assurément que ce qu’il racontait n’était pas tout à fait clair seulement qu’on lui pardonne, il n’était pas non plus en état de faire de longues tirades. Il n’avait pas non plus le courage de détailler où était son compagnon en cet instant, d’expliquer qu’on l’avait emmené dans un centre afin qu’il récupère mais que ce n’était qu’une solution pour l’éloigner de lui. Kei n’irait pas mieux là-bas, c’était faux. Complètement faut. Tout comme lui n’irait jamais mieux en étant loin de lui, en n’ayant même pas la possibilité d’entendre sa voix. Juste sa voix, ça lui aurait suffit hors même ça, il ne semblait pas en avoir le droit.

Il était complètement déconnecté de la réalité. Il était là mais sans l’être. Son esprit était ailleurs, perdu dans cette obscurité qui bouffait peu à peu son âme, qui le plongeait dieu ne savait où mais certainement pas dans cette chambre d’hôpital. C’était pour dire, il n’avait même pas le courage de réprimander Takumi, de l’envoyer balader à cause de cette fois où ils s’étaient violemment disputés. C’était à peine si, en cet instant, Daichi se souvenait de cette conversation. Il l’entendait sa voix lui parlait cependant il ne discernait pas trop ce que ce dernier lui racontait et sûrement que s’il était parti, le jeune homme ne s’en serait même pas aperçu. Parce qu’il était dans son monde, qu’il sentait cette pluie déferlait de plus en plus dans son âme et que ses yeux commençaient à briller à cause de cette douleur qui lui poignardait son organe vitale. Ses phalanges se crispèrent un peu plus au linge qui le couvrait, ses lèvres se pinçant fébrilement avant qu’il ne réclame une nouvelle fois son petit ami.

- Je veux Kei, Murmura-t-il, une larme glissant le long de sa joue, très vite suivi par d’autres gouttes qui l’accompagnèrent, ses prunelles s’égarant vers son jumeau, installé auprès de lui, Pourquoi on me l’a enlevé ? Tu sais toi, pourquoi on me l’a enlevé ? Ils ont pas le droit de me l’enlever...

Il aurait pu essayer de se calmer hors même ça, le jeune homme n’en avait pas envie. Il n’avait que faire de pleurer parce que le manque était atroce, parce qu’il n’y avait que son compagnon pour réussir à lui redonner goût à la vie, il n’y avait que lui qui était capable de l’apaiser. Et il n’était pas là.  


AVENGEDINCHAINS


In your heart, in your mind
I know now, just quite how my life and love might still go on. If I could, then I would, I'll go wherever you will go. Way up high or down low. I'll go wherever you will go© ΣXODUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agencyniji records
avatar
agency
niji records


curriculum vitae :
三宅匠
15.10.1988 ▬ Kyoto ▬ 27 ans de mensonges

Ingénieur du son à Niji Records

Célibataire, grand dragueur, il veut se prouver qu'il plait aux femmes

Anecdotes : Veut se convaincre qu'il est hétéro, n'assume absolument pas d'être attiré par les mecs ▬ Travaille beaucoup et souvent pour ne pas penser à son avenir sentimental ▬ Bois beaucoup, se drogue parfois en soirée ▬ Gros fêtard, il sort pour se vider la tête et oublier son malheur ▬ Mal dans sa peau ▬ N'a jamais été amoureux et à peur de l'être d'un garçon un jour ▬ Peut avoir de vrai réaction d'homophobe parfois ▬ Passionné de musique, il est ingé-son à Niji Records ▬ La musique le détend, il joue souvent de la guitare pour se calmer ▬ Drague toutes les filles qu'il voit pour se sentir "mec et viril" ▬



Liens : A eu la mauvaise idée de passé une nuit avec TJ il le regrette depuis ▬ Avec Natsuki ils ont pour habitude de refaire le monde autour d'un verre après le travail ▬ A failli finir dans le lit d'Hiroki mais les deux se sont rendu compte qu'ils n'étaient pas compatible, ce sont deux dominants ▬ Considère Cho Hee comme sa petite soeur ▬ Daichi est son frère jumeau, mais il ne l'accepte pas car il vient tout juste d'apprendre son existence ▬ Tomoya est le premier mec qu'il a connu et bien qu'il prétende le contraire il ne l'a pas complètement oublié ▬
réseaux sociaux :
••• more about me •••

le mensonge de ma viemon carnet de contact


Suivis RPs : Cho Hee #1TakuYa #3Daichi #4Tetsurou #1Tae Hyun #1

RPs Terminés:
 



MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Mer 2 Nov - 10:46

Je voulais m'assurer que tout va bien ...

C'est très bizarre de voir Daichi dans cet état. Evidemment après un accident et un coma je m'attendais pas à ce qu'il soit pump it up sur son lit mais la il ne semble pas juste avoir mal de ces blessures, ça semble plus profond.
Moi qui pensait essayer de l'aider un peu en appelant ce fameux Kei j'aurais mieux faire de me taire il semble encore plus mal maintenant. Je ne comprend pas trop ce qu'il me raconte, il lui a enlevés ? Ca veut dire quoi ça ? A moins que ça soit pas le type de la cuisine, il parle du père de Kei, se serait un gamin ? Mais pourquoi il voudrait le voir ? A moins que … Et s'il avait un enfant, un petit garçon et que la mère lui ait pris quand elle a appris qu'il aimait un mec et maintenant le nouveau père du gosse lui a repris ? Putin si c'est ça c'est ouf quand même, un enfant à besoin de ces parents, moi j'ai pas eu mes vrais parents mais j'en ai eu d'autres qui se sont bien occupés de moi. Tous les enfants devraient pouvoir voir leur vrai parents si ceux-ci veulent bien d'eux. Moi on voulait pas de moi, mais lui veut le voir le petit Kei apparement surtout dans un moment comme celui-ci, il a eu un accident genre un accident grave, il aurait pu mourir. Voilà pourquoi je veux pas de gosses, et de toute façon je suis pas un bon exemple. Bon après si la mère lui a repris parce qu'il est avec un mec je peux aussi comprendre quelque part mais ça n'empêche qu'il peut très bien s'en occupé non ? Enfin je suppose qu'il s'en occupait bien avant. Enfin je sais pas. C'est horrible ça me perturbe ces conneries. Je sais que je devrais m'en foutre ce sont pas mes affaires mais c'est plus fort que moi. Je suppose que de le voir aussi mal n'aide pas, c'est mon jumeau malgré tout, on a beau pas être proche je ne pourrais pas changer le fait qu'on est lié par le sang.

Je ne sais pas quoi dire, je ne sais pas comment réagir, je dois avoir l'air con. Finalement c'est lui qui brise le silence, alors que je suis encore perdu dans mes pensés. Il me demande alors pourquoi ils lui ont enlevés. J'en déduis que le ils seraient son ex et le beau-père ? Trop de chose se bouscule dans ma tête, je ne suis sur de rien, je ne comprend pas, je suis complètement paumé avec en face de moi un mec dans le gaz et visiblement triste et moi je sais rien.

« Je … je sais pas, je suis désolé. »

Je suis l'inutilité incarné, j'ai rien à foutre ici, et pourtant j'ai pas pu m'en empêcher fallait que je vienne et maintenant je fais quoi ? Dans un sens je me sens obligé de l'aider, je me vois mal le laisser en plan, et puis merde si on lui a pris son gosse et qu'il veut le voir il en a le droit ! Enfin déjà faudrait que je sois sûr de mon coup avant de faire une connerie.

« Ano … c'est … c'est qui Kei ? »

Ouai j'aurais du commencé par la en fait, parce que je me fais peut-être des films. Kei c'est peut-être un de ces potes. Fin si c'est ça je pige pas l'histoire du père qui lui a enlevé si c'est ça mais il a peut-être pas les idées complètement claires non plus. Oh bordel c'est trop compliqué pour moi, je comprend rien, mon cerveau tente de mettre les informations dans l'ordre mais il y a trop de blancs. Je lui demanderais bien plus d'infos mais je pense pas qu'il soit en état de me répondre, il semble tellement dans le pâté, ce qui est normal mais du coup je sais pas quoi faire.


 
if i keep lying to myself it might become the truth ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
citizen
avatar
citizen


curriculum vitae :

Daichi est né à Kyoto mais il a vécu plus de vingt ans dans la petite ville d'Himi. Il a 27 ans et est contraint de changer de métier souvent. Il est auteur-compositeur mais ne travaille pas pour une agence en particulier et sinon à l'heure actuelle, il travaille dans une école en tant que bibliothécaire.



Anecdotes :

Il a un frère jumeau • A cause de son passé, il est souvent obligé de mentir sur son identité, tout comme il se retrouve à changer de nombreuses fois de travail • Il a passé 2 ans et demi en prison, accusé à tort, pendant cette période et encore un peu après, personne n'entendit le son de sa voix. Il ne parlait pas. • Il est auteur compositeur néanmoins il utilise un pseudonyme plutôt que son prénom : Ses initiales "D.H" • Il n'aime pas se déshabiller devant les gens à cause des multiples cicatrices présentes sur son torse • Le danger le fascine, il est exactement ce genre de type qui n'hésitera pas à prendre le risque de marcher sur les railles d'un train ou de se pencher au-dessus du vide sans être attaché • La musique le détend mais il préfère en règle général les chansons calmes et sans paroles. Ironique pour un compositeur. • Il joue d'ailleurs très bien du violon et de la guitare, Daichi a un attrait particulier pour les instruments à corde• Il ne supporte pas le monde, encore moins les lieux bondés et les endroits clos, ça l'oppresse à cause de ce que cela lui rappelle • Il est plutôt distant avec les gens en règle général, que ce soit des inconnus ou des anciennes connaissances. Tout comme il est loin d'être une personne tactile • Cependant Daichi est un jeune homme généreux, avec le coeur sur la main. C'est aussi une personne calme qui ne s'emporte que rarement mais qui peut faire mal lorsqu'il le fait.



Liens : Takumi est donc son frère jumeau • Kei est son meilleur ami d'enfance et assurément plus encore ~ • Théa était sa voisine à une époque, il lui a écrit une chanson qui lui servit pour ses auditions • Hiroki, Cho Hee et T.J le confondent avec son frère •


réseaux sociaux : La fichetteLes liens


Suivis RPs : Kei ♥ Brother ♥Tetsu ♥T.JHanaYukariCho HeeHirokiTomoya




MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Dim 6 Nov - 23:03


Takumi & Daichi

Je voulais m'assurer que tout va bien ...


Peut-être était-il en train de devenir fou, peut-être que lui aussi aurait besoin de se faire soigner dans un centre parce qu’il ne faisait plus réellement partie de cette réalité. Depuis la veille, Daichi était comme dans un état second, il ne savait pas où poser la tête et n’était pas vraiment en mesure de penser correctement. Ce qui était triste lorsqu’on songeait qu’avant cet accident, il en perdait du temps à réfléchir, à s’interroger sur ceci ou cela mais qu’à présent, la simple idée de « penser » paraissait être une invention lointaine. Il n’y arrivait plus. Il n’y avait que Kei, Kei, toujours Kei qui hantait son esprit. Kei qui avait disparu. Kei qui avait été à ses côtés pendant l’entièreté de son coma mais Kei qu’on lui avait retiré sans crier garde. Ce n’était pas la solution et ça l’angoissait plus que ce que le jeune homme ne le montrait. Bien sûr qu’il le voulait à ses côtés, qu’il désirait sa présence plus que quiconque parce que son petit ami lui manquait atrocement. Hors, ce qui le tracassait le plus était de se dire qu’à l’heure actuelle ce dernier était certainement dans un piteux état, qu’il était seul et qu’il n’avait personne pour le soutenir, pour être à ses côtés puis lui clamer que tout ceci était enfin bel et bien terminé. Il ne pouvait même pas l’appeler pour le prévenir, pour lui demander de l’attendre puis le rassurer. On l’en avait privé et ce n’était pas juste. Probablement que Daichi aurait été mieux s’il avait su que son compagnon ne souhaitait pas venir parce que la douleur était encore trop fraîche à ses yeux, qu’il avait besoin de se faire à l’idée et qu’il l’attendait sagement à la maison. D’une certaine façon, ça l’aurait même motivé à se soigner puis récupérer correctement hors là, il devenait fou. Il avait besoin de lui, il avait besoin de s’assurer que son petit ami n’était pas à l’article de la mort, qu’il mangeait bien et qui ne se laissait pas détruire. Lui aurait tant souhaité être un super héro, avoir des pouvoirs puis récupérer de sa santé pour courir jusqu’à son bien aimé puis le sauver, quitte à le kidnapper de cet endroit lugubre. Parce qu’un tel centre était obligatoirement lugubre et froid. Kei n’avait pas besoin de ça pour aller mieux... Cela ne servirait qu’à le faire plonger plus, qu’à le détruire même si dans le fond, tout ceci était principalement de sa faute. C’était lui qui était entré à l’intérieur de cette maison délabrée, c’était lui qui avait convaincu l’enseignant de le suivre puis qui avait chuté devant ses yeux pour quelle raison ? Pour sauver un téléphone qu’il avait oublié en haut et le résultat était pitoyable. Son portable était cassé, lui se retrouvait dans une condition déplorable et celui qu’il aimait n’avait pas le droit de se tenir à ses côtés. En cet instant, Daichi en voulait à la Terre entière. Parce qu’on le privait de ce qu’il avait le plus besoin, on le tiraillait, on le torturait, sans comprendre cette vérité insoutenable que tous deux n’étaient tout simplement rien sans l’autre.

Sa seule raison de vivre, c’était Kei. Personne ne semblait vouloir se faire à cette idée, personne ne semblait les comprendre et on agissait comme s’ils étaient deux enfants. Ils étaient des adultes, ils souffraient comme tout le monde parce que la vie ne leur a jamais fait de cadeau néanmoins les séparer ce n’était pas les aider. C’était les noyer. Les bousiller, les détruire à petit feu jusqu’à ce qui ne leur reste plus rien qu’une âme pleine de sang.

Et Takumi qui ne savait pas... Evidemment qu’il ne savait pas ! Comment son jumeau aurait-il pu savoir de toute façon ? C’était stupide d’avoir posé la question mais peut-être qu’au fond, sa rétorque ne lui était pas adressé, que le compositeur l’avait juste échappé afin de libérer toutes ses réflexions qui le torturaient de plus en plus depuis son réveil. Et la question de son jumeau, aussi stupide que cela puisse être, ne l’aida pas à se sentir mieux. Ceci l’avait achevé. Non parce qu’on lui demandait qui était Kei, mais parce que la simple mention de son prénom suffisait à retourner chacune de ses pensées et sans être en mesure de se maîtriser, un flot de larmes s’abattit sur son visage. Ses phalanges se crispèrent avec puissance à son drap à en faire pâlir ses jointures.

- Mon petit ami..., Répondit le compositeur dans un faible chuchotement avant qu’il ne se pince fébrilement la lèvre, Ils l’ont forcé à partir... On me l’a enlevé... Je veux le voir. Je veux juste le voir.

Sa voix était rongée par le chagrin, rongée par la peur, l’inquiétude mais aussi le manque... Pourquoi personne ne voulait comprendre que Daichi n’avait besoin de rien d’autre que son compagnon pour aller ? Une quinte de toux le pris soudainement alors qu’à trop pleurer, il commençait à s’étouffer par ses sanglots. Ce qui n’interrompit jamais l’océan de larme qui jaillissait le long de ses joues, il ne faisait que s’amplifier.

- Tu ne peux pas aller le chercher ? Je t’en prie... Cherche le...

C’était inutile... Il n’y avait personne qui pouvait se rendre au centre, il n’y avait personne qui pouvait voir Kei ou le contacter cependant le garçon ne parvenait pas à réfléchir sereinement. On devrait le rassurer, l’aider à se calmer et le convaincre de récupérer rapidement afin d’aller le chercher lui-même puisque tout seul, Daichi n’était plus en mesure de penser. Ses sanglots diminuèrent cependant des gouttes pleuvaient encore sur sa figure et sa voix à présent n’était plus qu’un infime murmure. Un murmure dans lequel, suppliant, le jeune homme échappa un dernier « s’il te plaît... ».



AVENGEDINCHAINS


In your heart, in your mind
I know now, just quite how my life and love might still go on. If I could, then I would, I'll go wherever you will go. Way up high or down low. I'll go wherever you will go© ΣXODUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agencyniji records
avatar
agency
niji records


curriculum vitae :
三宅匠
15.10.1988 ▬ Kyoto ▬ 27 ans de mensonges

Ingénieur du son à Niji Records

Célibataire, grand dragueur, il veut se prouver qu'il plait aux femmes

Anecdotes : Veut se convaincre qu'il est hétéro, n'assume absolument pas d'être attiré par les mecs ▬ Travaille beaucoup et souvent pour ne pas penser à son avenir sentimental ▬ Bois beaucoup, se drogue parfois en soirée ▬ Gros fêtard, il sort pour se vider la tête et oublier son malheur ▬ Mal dans sa peau ▬ N'a jamais été amoureux et à peur de l'être d'un garçon un jour ▬ Peut avoir de vrai réaction d'homophobe parfois ▬ Passionné de musique, il est ingé-son à Niji Records ▬ La musique le détend, il joue souvent de la guitare pour se calmer ▬ Drague toutes les filles qu'il voit pour se sentir "mec et viril" ▬



Liens : A eu la mauvaise idée de passé une nuit avec TJ il le regrette depuis ▬ Avec Natsuki ils ont pour habitude de refaire le monde autour d'un verre après le travail ▬ A failli finir dans le lit d'Hiroki mais les deux se sont rendu compte qu'ils n'étaient pas compatible, ce sont deux dominants ▬ Considère Cho Hee comme sa petite soeur ▬ Daichi est son frère jumeau, mais il ne l'accepte pas car il vient tout juste d'apprendre son existence ▬ Tomoya est le premier mec qu'il a connu et bien qu'il prétende le contraire il ne l'a pas complètement oublié ▬
réseaux sociaux :
••• more about me •••

le mensonge de ma viemon carnet de contact


Suivis RPs : Cho Hee #1TakuYa #3Daichi #4Tetsurou #1Tae Hyun #1

RPs Terminés:
 



MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Mar 15 Nov - 22:21

Je voulais m'assurer que tout va bien ...

Je suis complètement paumé, j'ai absolument pas ma place ici et pourtant j'y suis. Ma curiosité m'a fait venir le voir encore et encore, m'a fait entrer dans sa chambre pour m'assurer qu'il allait bien et résultat, il s'est réveillé et maintenant il me parle de truc que je ne comprend pas. Je connais rien de sa vie, si ce n'est qu'il est mon jumeau, qu'il a grandi avec nos parents biologiques et qu'il a une double identité, autant dire que c'est pas avec ça que je peux comprendre ces paroles. Dans ma tête environ 150 scénarios défilent, a commencer par celui de Daichi papa. Ca pourrait sembler fou et si je le connaissais vraiment je trouverais peut-être ça ridicule mais pour le moment c'est une hypothèse que j'envisage. Mais afin de ne pas trop me faire de film je finis quand même par lui poser la question qui me brûle les lèvres, c'est qui Kei … Il me dit alors que c'est son petit ami.

Donc c'est le mec de la cuisine ? C'était pas des conneries ce qu'il m'a dit ce jour-là. Sur le moment j'ai cru qu'il m'avait dit ça pour me faire peur ou je sais pas trop, mais ce serait vrai ? Bah merde alors … Il est gay ?! Je crois que pendant un instant j'oublie carrément qu'on est à l'hôpital et je tente de réaliser ce qu'il vient de me dire, mon frère aime les mecs ? En tout cas il semble en aimer un, je sais pas trop quoi en penser. En fait ça me fait réfléchir à plein de chose mais c'est ni le moment ni l'endroit. Je tente de mettre tout le bordel dans ma tête de côté et de me concentrer uniquement sur Daichi. J'ai beau ne pas être super proche de lui l'entendre si triste, je ne reste pas indifférent. Sa voix est tremblente et ça me brise presque le cœur. J'arrive pas trop à l'expliquer d'ailleurs mais c'est comme s'il me refilait ces émotions en direct et ça me fait peur autant que ça me met mal à l'aise. Je mentirais en disant que je le comprend, je veux bien croire que quand on aime quelqu'un dès qu'il n'est plus là c'est la fin du monde, une douleur immense, un vide dans le cœur et tout ça, mais je ne le comprend pas parce que je ne l'ai jamais vécu. Je n'ai jamais été amoureux, j'ai bien essayer de m'attacher à des filles, de faire « comme tout le monde » mais ça n'a jamais marché et j'ai toujours mis une barrière entre les mecs avec qui je couche et moi. Déjà que je ne suis pas fier de faire ça, il est absolument hors de question que je m'attache à l'un d'entre eux, ça non !

Pourtant Daichi lui semble très attaché à un mec, même plus que ça, et voilà que maintenant il me demande de l'aide pour le retrouver. C'est une blague ? Je sais rien de ce type si ce n'est son prénom et que son père l'aurait enlever ? Pourquoi ? Et puis franchement le type doit avoir mon âge, on ne se fait pas « enlever » par ces parents à cet âge là. Mais bon mon jumeau est encore un peu dans le gaz et sous médoc alors j'imagine que je ne dois pas tout prendre au pied de la lettre.

« Mais je … Je sais pas où il est. »

Je suis un peu honteux de dire ça mais c'est vrai, je n'ai pas la moindre idée où le trouver et quand bien même je le retrouve, je fais quoi ? Non parce que je suis pas certain qu'il est envie de me voir le type alors je me vois mal arrivé la bouche en cœur « salut viens voir mon frère tu lui manque. » ouai non franchement ça le fait pas du tout. Et puis en plus maintenant que j'ai la confirmation que c'est bien son « mec » j'ai aucune envie de m'approcher de lui. Les gays je les fuis le plus possible en temps normal. La seule exception c'est quand je sors en boite et que je veux en ramener un chez moi, mais je sympathise pas avec eux, jamais. Maintenant je vais devoir changer un peu ma façon de faire mais ça me fait un peu flipper. J'ai pas vraiment le choix d'accepter la sexualité de mon frère mais je vois pas trop ce que je peux faire ou alors je l'envois chier et je lui dis de se démerder tout seul, je coupe les ponts et basta. Sauf que je me connais, j'avais déjà dit ça et n'empêche qu'en apprenant l'accident j'ai rappliqué fissa donc ça m'étonnerait que ça soit différent maintenant. Après je peux toujours refuser de voir son mec par exemple, je pense d'ailleurs qu'il a pas trop envie de me revoir non plus, donc au pire je garde le minimum de contact possible avec Daichi mais je me tiens éloigné de ces potes homos. Ouai voilà ça au pire je devrais pouvoir, j'expliquerais que ce genre de truc j'ai pas trop envie de m'en meler ou je sais pas quoi et voilà. Enfin je vais peut-être attendre un peu parce que là c'est pas trop le moment non plus. Et voilà qu'il insiste au sujet de Kei, putin mais je suis censé faire quoi moi ? J'ai pas le cœur de lui dire non mais en même temps je ne peux rien faire …

« Je vois pas vraiment ce que je peux faire. »

C'est la vérité je suis impuissant, même si je voulais, et c'est pas le cas mais même si je voulais retrouver ce type je saurais même pas par où commencer et c'est leurs affaires en plus, si ça se trouve il veut plus le voir qu'est-ce que j'en sais moi. Certe il aurait pu choisir un meilleur moment pour le larguer, paye la lacheter d'attendre qu'il soit à l'hosto mais bon qu'est-ce que j'y peux moi, je fais pas de miracle non plus.

« Je suis désolé. »

Je trouve rien de mieux à dire mais bon là en même temps je suis dans une impasse.


 
if i keep lying to myself it might become the truth ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
citizen
avatar
citizen


curriculum vitae :

Daichi est né à Kyoto mais il a vécu plus de vingt ans dans la petite ville d'Himi. Il a 27 ans et est contraint de changer de métier souvent. Il est auteur-compositeur mais ne travaille pas pour une agence en particulier et sinon à l'heure actuelle, il travaille dans une école en tant que bibliothécaire.



Anecdotes :

Il a un frère jumeau • A cause de son passé, il est souvent obligé de mentir sur son identité, tout comme il se retrouve à changer de nombreuses fois de travail • Il a passé 2 ans et demi en prison, accusé à tort, pendant cette période et encore un peu après, personne n'entendit le son de sa voix. Il ne parlait pas. • Il est auteur compositeur néanmoins il utilise un pseudonyme plutôt que son prénom : Ses initiales "D.H" • Il n'aime pas se déshabiller devant les gens à cause des multiples cicatrices présentes sur son torse • Le danger le fascine, il est exactement ce genre de type qui n'hésitera pas à prendre le risque de marcher sur les railles d'un train ou de se pencher au-dessus du vide sans être attaché • La musique le détend mais il préfère en règle général les chansons calmes et sans paroles. Ironique pour un compositeur. • Il joue d'ailleurs très bien du violon et de la guitare, Daichi a un attrait particulier pour les instruments à corde• Il ne supporte pas le monde, encore moins les lieux bondés et les endroits clos, ça l'oppresse à cause de ce que cela lui rappelle • Il est plutôt distant avec les gens en règle général, que ce soit des inconnus ou des anciennes connaissances. Tout comme il est loin d'être une personne tactile • Cependant Daichi est un jeune homme généreux, avec le coeur sur la main. C'est aussi une personne calme qui ne s'emporte que rarement mais qui peut faire mal lorsqu'il le fait.



Liens : Takumi est donc son frère jumeau • Kei est son meilleur ami d'enfance et assurément plus encore ~ • Théa était sa voisine à une époque, il lui a écrit une chanson qui lui servit pour ses auditions • Hiroki, Cho Hee et T.J le confondent avec son frère •


réseaux sociaux : La fichetteLes liens


Suivis RPs : Kei ♥ Brother ♥Tetsu ♥T.JHanaYukariCho HeeHirokiTomoya




MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Ven 18 Nov - 9:06


Takumi & Daichi

Je voulais m'assurer que tout va bien ...


Qui avait-il vraiment à comprendre ? A part que le père de Kei était un véritable idiot, qu’un vaurien, qu’un minable, qu’est-ce qu’il y avait à comprendre ? Et non, on ne pouvait pas en vouloir à Daichi de songer ainsi. On ne pouvait pas lui en vouloir de détester en cet instant cet homme qui en pensant faire bien, faisait mal. Parce que s’il souhaitait protéger son fils, s’il souhaitait l’aider, ce n’était pas ainsi qu’il y parviendrait. Le professeur devait tellement souffrir à présent et il n’était plus le seul. Etait-ce ceci que désirait Fukujiro ? Les achever pour qu’ils ne soient plus rien alors qu’ensemble ils étaient tout. C’était vrai, c’était traître et sûrement difficile à accepter parce qu’ils étaient à la fois la force de l’autre mais en même temps ils étaient la pire faiblesse qu’il puisse exister. Si l’un ou l’autre disparaissait, tout s’effondrait parce que le manque, le vide était beaucoup trop intense. Avant, ils n’avaient pas été capable de surmonter leur douleur, d’avancer, et de sourire sincèrement. Le monde ne représentait plus rien à leurs yeux et le compositeur avait cru à plusieurs reprises que c’était la fin pour lui, qu’on ne pourrait pas le sauver car il était déjà mort de l’intérieur. Il continuait de vivre avec des poids sur les épaules, sur le coeur, puis en prenait toujours un peu plus au fil du temps qui s’effaçait... Il se sentait s’écrouler mais il luttait du plus profond de son âme, il luttait contre un monde qu’il n’arrivait pas à aimer, un monde dans lequel il ne pensait plus avoir sa place tant on avait abîmé, sali son esprit et la personne bien qu’il était. Il ne s’estimait méritant de rien, il n’avait pas la foi, pas même l’envie de sourire ou de découvrir la vie à nouveau parce qu’elle lui paraissait affreuse, insurmontable et d’une certaine manière trop lumineuse pour quelqu’un comme lui. Il s’enfonçait chaque jour dans les ténèbres, il y avait ces mains qui l’invitaient, qui le tiraient de plus en plus au sein de ce noir profond et qui cherchait à tout prix à le faire tomber.

Et il était tombé, il avait merveilleusement trébuché en les laissant l’emporter. Aujourd’hui encore, Daichi regrettait cet acte qu’il avait commis. Il regrettait d’avoir tenté de mettre fin à ces jours ce soir-là sans songer aux conséquences, sans penser aux personnes qu’il abandonnerait derrière lui, à la douleur qu’il infligerait à ses proches alors qu’ils étaient ce qu’il avait de plus cher. Hors, pour une fois, il avait souhaité être égoïste, il avait souhaité se libérer de cette souffrance qui lui martelait le coeur mais ça n’avait pas marché. Il s’était rendu compte de sa bêtise, du à quel point ce n’était pas la solution pour le sauver de ses chaînes... Et Kei était apparu. A son réveil, il était là. Il pleurait pour lui. Il culpabilisait. Il s’inquiétait. Rien qu’en croisant son regard, l’ancien détenu avait compris. Il avait compris qu’en vérité, s’il avait vraiment besoin de quelqu’un dans son existence, c’était cet homme. Il n’y avait que lui à l’époque qui arrivait à adoucir son coeur lorsqu’il était triste, qui arrivait à lui tirer le plus gros de ses sourires et le motivaient à être une personne meilleure. Même en son absence, au bout du compte, ce qui lui avait permis de rester fort, c’était son petit ami. Parce qu’il pensait à lui, parce qu’il se souvenait de chaque moment passer à ses côtés, de ce bracelet qui lui avait offert et qui avait tant de significations à ses yeux. Peut-être l’aimait-il déjà auparavant néanmoins c’était une réponse à laquelle Daichi ne saurait répondre puisqu’il était trop jeune, trop inconscient pour s’apercevoir de tels sentiments mais ça paraissait évident au vue de ses pensées. Ils n’étaient rien sans l’autre. Ils étaient tout le temps accrochés l’un à l’autre et lorsque Kei n’était pas à ses côtés, le reste lui paraissait n’avoir aucune importance car son seul désir était d’être avec lui, de jouer avec lui puis de s’amuser comme ils avaient si souvent l’habitude de faire.

Les choses avaient changé désormais, ils avaient tous les deux grandi, vécu de grands traumatismes qui avaient transformé, forgé, leur personnalité. Ils n’iraient certainement plus faire les fous comme autrefois seulement ils étaient toujours autant dépendant l’un de l’autre. Daichi ne ressentait pas la douleur dans tout son corps, ça lui faisait mal bien sûr, cependant si on devait la comparer à la torture que lui infligeait son organe vitale. C’était incomparable. Il avait l’impression qu’on le lui broyait, qu’on le tordait dans tous les sens et qu’on y plantait des milliers d’aiguilles à l’intérieur afin de tester sa capacité à les supporter. Il ne les supportait plus. Il n’en pouvait plus. Pourquoi ne pouvait-il simplement pas retrouver son bien aimé ? Pourquoi est-ce qu’on lui enlevait la chose la plus précieuse à ses yeux ? Pourquoi s’être réveillé s’il n’avait plus le droit de l’avoir auprès de lui ? Il l’aimait tellement. Kei était la seule personne capable de le soulager, d’atténuer son chagrin, ses peurs, ses inquiétudes aussi mais il n’était pas là. Peut-être même qu’il ne serait plus jamais là... Cela le frustrait. Il voulait le retrouver, le voir, entendre sa voix puis le serrer fortement dans ses bras, le supplier de ne plus jamais partir puis lui murmurer ô combien il lui avait manqué. Un désir vraisemblablement impossible qui le rendait vulnérable, qui refroidissait son âme où une averse semblait déferler à l’intérieur.

Ses phalanges ne cessaient de se crisper au drap, les gouttes s’abattant encore sur son visage pâle, alors qu’il ne demandait qu’une chose : à ce qu’on lui ramène Kei. Pour une fois qu’il demandait une chose à son jumeau, pourquoi ne pouvait-il pas le réaliser hein ?! Etait-ce si compliqué d’aller le chercher ?! De toute façon, qu’est-ce que Takumi aurait pu faire sérieusement ? Aussi loin que remonter ses souvenirs, il ne s’était jamais montré très attentif à sa personne, étonnant qu’il soit là d’ailleurs. Peut-être avait-il une remarque à lui faire... Que son frère pardonne cette façon de penser mais Daichi était à bout. La tristesse, le manque, la douleur ainsi que la frustration menait obligatoirement à la colère puis au fond, il n’avait pas oublié ce qu’il s’était passé ce jour-là. Il n’avait pas oublié comment lui avait parlé l’ingénieur donc en éprouvant aucune reconnaissance pour son jumeau, comment aurait-il pu faire l’effort de lui ramener son petit ami, hm ? C’était facile de s’excuser, de dire qu’il ne pouvait pas sans même se lever de sa chaise puis tenter de trouver des informations. Tant pis. Il demanderait à Tetsurô. Lui au moins se bougerait sûrement plus pour sa personne que son propre frère.

- Laisse tomber... Qu’est-ce que t’aurais pu faire de toute façon ?

Un soupir franchit la commissure de ses lèvres alors que son regard s’égarait vers la fenêtre puis que les larmes coulaient encore le long de ses joues.

- Sérieusement, Reprit le compositeur d’une petite voix, Pourquoi t’es venu ?

Est-ce que ça lui plaisait de le voir allongé dans ce lit d’hôpital ? Peut-être que c’était sa façon de s’en moquer ou d’en être heureux en guise de vengeance car lui était né dans sa famille biologique et pas Takumi. Non, Daichi ne saisissait pas pourquoi son frère se tenait à ses côtés, pas après tout ce qu’il s’était passé et l’inintérêt que le garçon lui avait accordé. Est-ce que tout ceci avait un sens ?



AVENGEDINCHAINS


In your heart, in your mind
I know now, just quite how my life and love might still go on. If I could, then I would, I'll go wherever you will go. Way up high or down low. I'll go wherever you will go© ΣXODUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agencyniji records
avatar
agency
niji records


curriculum vitae :
三宅匠
15.10.1988 ▬ Kyoto ▬ 27 ans de mensonges

Ingénieur du son à Niji Records

Célibataire, grand dragueur, il veut se prouver qu'il plait aux femmes

Anecdotes : Veut se convaincre qu'il est hétéro, n'assume absolument pas d'être attiré par les mecs ▬ Travaille beaucoup et souvent pour ne pas penser à son avenir sentimental ▬ Bois beaucoup, se drogue parfois en soirée ▬ Gros fêtard, il sort pour se vider la tête et oublier son malheur ▬ Mal dans sa peau ▬ N'a jamais été amoureux et à peur de l'être d'un garçon un jour ▬ Peut avoir de vrai réaction d'homophobe parfois ▬ Passionné de musique, il est ingé-son à Niji Records ▬ La musique le détend, il joue souvent de la guitare pour se calmer ▬ Drague toutes les filles qu'il voit pour se sentir "mec et viril" ▬



Liens : A eu la mauvaise idée de passé une nuit avec TJ il le regrette depuis ▬ Avec Natsuki ils ont pour habitude de refaire le monde autour d'un verre après le travail ▬ A failli finir dans le lit d'Hiroki mais les deux se sont rendu compte qu'ils n'étaient pas compatible, ce sont deux dominants ▬ Considère Cho Hee comme sa petite soeur ▬ Daichi est son frère jumeau, mais il ne l'accepte pas car il vient tout juste d'apprendre son existence ▬ Tomoya est le premier mec qu'il a connu et bien qu'il prétende le contraire il ne l'a pas complètement oublié ▬
réseaux sociaux :
••• more about me •••

le mensonge de ma viemon carnet de contact


Suivis RPs : Cho Hee #1TakuYa #3Daichi #4Tetsurou #1Tae Hyun #1

RPs Terminés:
 



MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Sam 19 Nov - 16:19

Je voulais m'assurer que tout va bien ...

Plus j'y pense et plus je regrette d'être là, non seulement je ne sers clairement à rien mais en plus il semble évident qu'il ne veut pas me voir. Je peux même pas lui en vouloir, si j'étais à sa place, je voudrais pas de lui non plus, c'est tellement paradoxal quand j'y pense parce que c'est moi qui suis venu. Depuis que j'ai appris son existance je me pose tellement de questions, pendant des années j'ai ressenti un genre de vide en moi, incapable de vraiment l'expliquer mais clairement il y avait un truc qui clochait, je le sentais sans pouvoir trouver la cause. Et puis je l'ai rencontré et alors que ce vide aurait pu se refermer il s'est au contraire ouvert davantage. Tout ça c'est de ma faute, je le sais, depuis que j'ai appris la vérité sur notre histoire, sur notre séparation et mon abandon au lieu de remercier le destin de nous avoir réuni je n'ai cessé de le repousser. Pourquoi ? Par jalousie … Je n'en suis pas fier mais oui je suis jaloux de Daichi, c'est complètement con parce qu'il m'a déjà dit que son enfance n'avait pas été la plus rose et pourtant je suis jaloux parce qu'ils l'ont gardé lui, il n'est pas responsable de ça, je le sais mais c'est plus fort que moi. Je déteste nos parents, non c'est même plus fort que moi je les hais du plus profond de mon être mais je ne le hais pas lui.
J'aimerais tellement que les choses soient différentes, si j'avais appris la vérité avant dans de meilleures circonstances peut-être qu'on aurait pu avoir une chance lui et moi. Mais maintenant est-ce qu'on peut vraiment espérer ?

Lorsqu'il me réplique froidement de laisser tomber, c'est comme si je me prenais une grosse baffe, je suis impuissant je le sais mais sa façon de le dire enfonce juste un peu plus le clou. Pourquoi je n'arrive pas à prendre du recul ? J'en ai marre de me battre constamment contre ce que je ressens, j'ai l'impression que c'est l'histoire de ma vie ça, depuis des années, si ce n'est toujours, j'ai voulu mettre de côté ce que je ressentais, par peur de la vérité, peut-être aussi par peur du rejet. Je me souviens qu'au lycée je faisais partie des « populaires » j'avais la bonne bande de potes, j'étais invité un peu partout et j'adorais ça, alors quand j'ai commencé à me sentir différent des autres à ne pas m'intéressé aux mêmes personnes j'ai commencé à paniquer. J'ai bien vu comment il était facile de se faire rejeter, et à quel point ça pouvait être violent alors j'ai tout fait pour que ça ne m'arrive pas et j'ai tellement bien jouer mon rôle que je m'y suis enfermé tout seul. Je crois que j'aurais pu continuer à vivre comme ça longtemps sans me poser autant de questions mais ma rencontre avec Daichi, la découverte de mon histoire et le retour de Tomoya, tout ça fait que plus rien n'est comme avant et que c'est plus que le bordel dans ma tête. Le fait que mon propre frère me rejette je crois que c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Je tente de rester stoic, de ne rien montrer encore une fois, mais ça devient de plus en plus dur lorsqu'il me demande ce que je fou là. J'aimerais tellement réussir à l'expliquer, à mettre des mots sur toute cette merde, je sais même pas si c'est possible …

« Surement parce que je m'inquiétais pour toi, je sais c'est con hein ... »

Quand il dormait au moins je pouvais venir sereinement, j'avais pas à lui faire réellement face, c'est comme si lui et moi on vivait pas dans le même monde, c'est dingue quand même, quand j'entend ce qui se dit sur le lien si particulier entre jumeau. Tout ça c'est des conneries …

Je sens les larmes monter, c'est pas bon, pas bon du tout, je ne peux pas craquer, pas ici, pas devant lui … Je tente d'inspirer un bon coup.

« Je vais te laisser tranquille, de toute évidence j'ai pas ma place ici. »

J'aimerais que se soit le cas, enfin je crois, je sais plus, mais si je reste je vais juste m'en prendre davantage dans la gueule et je suis pas certain de pouvoir le suporter encore très longtemps …

« Je … je suis content que tu suis en vie. »

Je dis ça à demi mot, incapable de le dire sans avoir la voix qui tremble, c'est pourtant la vérité mais je suis même pas sur qu'il me croit de toute façon ... J'attrape ma veste et me lève, maintenant c'est à lui de voir s'il veut de moi ou pas ...


 
if i keep lying to myself it might become the truth ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
citizen
avatar
citizen


curriculum vitae :

Daichi est né à Kyoto mais il a vécu plus de vingt ans dans la petite ville d'Himi. Il a 27 ans et est contraint de changer de métier souvent. Il est auteur-compositeur mais ne travaille pas pour une agence en particulier et sinon à l'heure actuelle, il travaille dans une école en tant que bibliothécaire.



Anecdotes :

Il a un frère jumeau • A cause de son passé, il est souvent obligé de mentir sur son identité, tout comme il se retrouve à changer de nombreuses fois de travail • Il a passé 2 ans et demi en prison, accusé à tort, pendant cette période et encore un peu après, personne n'entendit le son de sa voix. Il ne parlait pas. • Il est auteur compositeur néanmoins il utilise un pseudonyme plutôt que son prénom : Ses initiales "D.H" • Il n'aime pas se déshabiller devant les gens à cause des multiples cicatrices présentes sur son torse • Le danger le fascine, il est exactement ce genre de type qui n'hésitera pas à prendre le risque de marcher sur les railles d'un train ou de se pencher au-dessus du vide sans être attaché • La musique le détend mais il préfère en règle général les chansons calmes et sans paroles. Ironique pour un compositeur. • Il joue d'ailleurs très bien du violon et de la guitare, Daichi a un attrait particulier pour les instruments à corde• Il ne supporte pas le monde, encore moins les lieux bondés et les endroits clos, ça l'oppresse à cause de ce que cela lui rappelle • Il est plutôt distant avec les gens en règle général, que ce soit des inconnus ou des anciennes connaissances. Tout comme il est loin d'être une personne tactile • Cependant Daichi est un jeune homme généreux, avec le coeur sur la main. C'est aussi une personne calme qui ne s'emporte que rarement mais qui peut faire mal lorsqu'il le fait.



Liens : Takumi est donc son frère jumeau • Kei est son meilleur ami d'enfance et assurément plus encore ~ • Théa était sa voisine à une époque, il lui a écrit une chanson qui lui servit pour ses auditions • Hiroki, Cho Hee et T.J le confondent avec son frère •


réseaux sociaux : La fichetteLes liens


Suivis RPs : Kei ♥ Brother ♥Tetsu ♥T.JHanaYukariCho HeeHirokiTomoya




MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Lun 21 Nov - 10:18


Takumi & Daichi

Je voulais m'assurer que tout va bien ...


Maintenant que Daichi y réfléchissait plus sérieusement, c’était vrai, pour quelle raison Takumi était venu lui rendre visite ? Peut-être que l’évidence aurait du lui sauter aux yeux, peut-être qu’il aurait du comprendre que c’était bien sûr parce que son frère se faisait du souci pour lui... Hors, comment aurait-il pu émettre de telles pensées alors que l’ingénieur, depuis le début, n’avait tenté aucun effort pour améliorer leur relation, leur lien, qu’il n’avait fait que se lamenter et que lorsque lui avait tenté de l’aider, l’autre n’avait eu aucun sentiment de reconnaissance. Ah si, pardon, il s’était rapproché de son petit ami, l’avait enlacé sans la moindre gêne pour lui hurler de « fermer sa gueule » ensuite. A présent, le compositeur s’en rappelait parfaitement de cette scène. Il pourrait passer au-dessus parce qu’il y avait plus important à l’heure actuelle, c’était vrai aussi, il y avait Kei qui n’était pas là, qui souffrait et qui lui manquait terriblement. Sauf que c’était justement pour cette raison que le garçon n’arrivait pas à penser sereinement, qu’il n’arrivait pas à penser positivement parce que la personne la plus chère à ses yeux n’était pas à ses côtés, qu’on la lui avait retiré sauvagement, qu’on ne leur avait pas demandé leur avis et on les laissait dans leur misère, dans leur désespoir. Au fond de lui, il savait que son jumeau ne pouvait rien y faire, qu’il était autant impuissant que lui et ce même s’il était en pleine forme mais ça l’avait obligé à réfléchir. Cela l’avait obligé à se souvenir que ce dernier n’avait fait aucun effort pour entretenir leur lien, qu’il s’était plaint dés le début sans voir le côté positif et la vérité était que Daichi avait fini par abandonner. Il avait ses limites comme tout le monde et principalement, il était une personne très rancunière. Non pas, qu’il ne pardonnait jamais seulement si la personne reconnaissait ses erreurs, qu’elle tentait de se rattraper, peut-être qu’à nouveau il ferait des efforts. Aujourd’hui, il n’en ressentait plus l’envie, pas même la volonté, de se battre pour un garçon qui n’en avait rien à faire de lui, qui ne pensait qu’à boire pour ensuite lui balancer des insultes en pleine figure en guise de remerciements. D’accord, il était venu à l’hôpital, ça lui donnait un petit point néanmoins ça n’enlevait pas les questions du blessé qui se demandait toujours pourquoi. Takumi paraissait s’en ficher depuis le début, ça l’avait marqué même s’il n’en avait rien dit parce qu’au bout du compte, Daichi n’était pas quelqu’un qui cherchait à se plaindre, qui souhaitait parler de son passé non plus parce que ce dernier était trop douloureux. Et quant il voyait son frère réagir de la sorte, en plus de l’avoir tourmenté sur l’instant, ça l’avait obligé à se questionner, à se demander ô combien sa vie était douloureuse pour qu’il souffre autant. Il s’en était sérieusement tracassé mais finalement, lui-même avait l’impression que ça n’avait pas lieu d’être, qu’il n’avait pas à s’inquiéter alors qu’il en avait déjà lourd sur le coeur avec ses problèmes. Toutefois, le jeune homme a toujours été ainsi et pouvait-il réellement en vouloir à son jumeau parce que celui-ci était différent ? Il répondrait que « oui » parce qu’il avait été le premier à râler, à lui dire que s’il ne souhaitait pas de lui dans sa vie que Daichi le lui dise de suite et le compositeur lui avait laissé comprendre clairement que ce n’était pas le cas. Mais Takumi ? Aussi puéril que cela puisse être, cette insulte, lui la gardait fermement ancré dans son esprit, il n’oubliait aucun des actes de l’ingénieur ce jour-là et ce n’était que la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase.

Son regard s’égara aussitôt en sa direction lorsque le garçon reprit la parole et il ne put retenir le faible, très faible, rire narquois qui s’était enfui de ses lèvres. N’était-ce pas ironique ?

« Je vois... Donc il a fallu que je tombe dans le coma pour que tu t’inquiètes pour moi ? »

Sa rétorque était vraiment « piquante » et il ne s’excuserait pas. Même si cette phrase était sorti sans qu’il ne la maîtrise, l’ex-détenu n’irait pas s’excuser car il pensait ses mots. Une partie de lui le remerciait d’être venu, de s’être tracassé pour sa personne cependant la plus grande des deux peinait à lui être reconnaissante parce qu’il aurait pu y laisser sa vie dans cet accident et dans ce cas, qu’est-ce que l’inquiétude de son frère aurait apporté à leur relation ? Rien du tout. Parce que ça aurait été trop tard.

De plus bel, Daichi détourna ses prunelles ailleurs dans la pièce, soupirant à la rétorque de son jumeau qui réellement l’agaçait plus que de raison. N’était-ce pas normal de lui en vouloir ? Takumi ne comprenait pas ça. Il ne comprenait pas que ce n’était pas en fuyant qu’il arrangerait les choses, que si le compositeur était en colère à présent, en fonction des efforts que lui feraient, ce dernier pouvait changer d’avis. Néanmoins s’il ne cherchait pas à se battre, pas même à se rattraper, corriger ses erreurs, ce n’était pas l’autre qui irait effectuer le premier pas. Il estimait en avoir déjà assez fait.

- Qui a dit que tu n’avais pas ta place ici ? Rétorqua le blessé d’une petite voix, un peu sec cependant, sans qu’il ne daigne le regarder pour le moment, C’est à toi de savoir si t’as envie de rester ou pas.

Puisque non, ce n’était pas lui qui irait le retenir. Il ne disait pas qu’il souhaitait qu’il reste à ses côtés mais d’une certaine façon, ça lui ferait plaisir. Être seul l’obligeait à réfléchir, à se tirailler encore et encore, à souffrir plus qu’il ne souffrait déjà puis surtout, cela montrerait que son frère ferait des efforts, que peut-être celui-ci désirait améliorer leur relation.

- Je ne te retiendrais pas. Je n’ai aucune raison de le faire, Enchérit-il avant de tourner enfin son visage et de diriger ses prunelles en sa direction, le ton qu’il prenait était plus posé, moins impartial, Juste que ce n’est pas en t’enfuyant comme tu le fais que ça arrangera les choses.

Qu’il s’en aille s’il en avait envie mais ça ne ferait qu’empirer et probablement que Daichi lui en voudrait si son frère se comportait aussi puérilement. Il ne lui courrait pas après, il ne chercherait pas à le rattraper. Il en avait assez puis la vérité était que pour l’instant, la personne qui occupait le plus ses pensées, ce n’était pas son jumeau. Si ses pleurs avaient cessé, ce n’était pas pour autant que son coeur ne saignait plus et ne se tordait pas de douleurs. Il avait tellement mal et plus que tout au monde, il aurait aimé retrouver Kei... Sans lui, il n’était plus rien. Vraiment plus rien. Donc s’il finissait seul, si son frère franchissait cette porte, plus que l’aidait, il ne ferait que l’enfoncer un peu plus dans ses ténèbres qui se rapprochaient à nouveau.



AVENGEDINCHAINS


In your heart, in your mind
I know now, just quite how my life and love might still go on. If I could, then I would, I'll go wherever you will go. Way up high or down low. I'll go wherever you will go© ΣXODUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agencyniji records
avatar
agency
niji records


curriculum vitae :
三宅匠
15.10.1988 ▬ Kyoto ▬ 27 ans de mensonges

Ingénieur du son à Niji Records

Célibataire, grand dragueur, il veut se prouver qu'il plait aux femmes

Anecdotes : Veut se convaincre qu'il est hétéro, n'assume absolument pas d'être attiré par les mecs ▬ Travaille beaucoup et souvent pour ne pas penser à son avenir sentimental ▬ Bois beaucoup, se drogue parfois en soirée ▬ Gros fêtard, il sort pour se vider la tête et oublier son malheur ▬ Mal dans sa peau ▬ N'a jamais été amoureux et à peur de l'être d'un garçon un jour ▬ Peut avoir de vrai réaction d'homophobe parfois ▬ Passionné de musique, il est ingé-son à Niji Records ▬ La musique le détend, il joue souvent de la guitare pour se calmer ▬ Drague toutes les filles qu'il voit pour se sentir "mec et viril" ▬



Liens : A eu la mauvaise idée de passé une nuit avec TJ il le regrette depuis ▬ Avec Natsuki ils ont pour habitude de refaire le monde autour d'un verre après le travail ▬ A failli finir dans le lit d'Hiroki mais les deux se sont rendu compte qu'ils n'étaient pas compatible, ce sont deux dominants ▬ Considère Cho Hee comme sa petite soeur ▬ Daichi est son frère jumeau, mais il ne l'accepte pas car il vient tout juste d'apprendre son existence ▬ Tomoya est le premier mec qu'il a connu et bien qu'il prétende le contraire il ne l'a pas complètement oublié ▬
réseaux sociaux :
••• more about me •••

le mensonge de ma viemon carnet de contact


Suivis RPs : Cho Hee #1TakuYa #3Daichi #4Tetsurou #1Tae Hyun #1

RPs Terminés:
 



MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Dim 11 Déc - 11:08

Je voulais m'assurer que tout va bien ...

Est-ce qu'un jour on aura une relation fraternelle normal lui et moi ? Franchement j'en doute, tout aurait pourtant pu être différent si on avait grandi ensemble. On serait peut-être inséparable, à faire les 400 coups ensemble, à rendre nos parents dingues, les profs à l'école aussi, a se soutenir et s'aider en toute circonstance. Mais non, nous notre truc c'est plutôt de s'ignorer et ne pas se comprendre. On est tellement différent, on ne vit pas dans le même monde, limite pas sur la même planète, on a juste le même visage mais c'est tout.
Alors oui je me suis inquiété pour lui, oui j'ai eu peur qu'il meurt et quoi je dois m'excuser de ça aussi ? Mais merde quoi il me fait chier à la fin !

« T'avais pas l'air d'avoir besoin de moi avant alors pourquoi je me serais inquiété ? »

Il m'a foutu à la porte de chez lui, alors certe j'ai déconné mais après ça de toute manière il ne semblait plus vraiment vouloir me voir, il n'a pas non plus chercher à me revoir alors pourquoi ce serait à moi de m'en excuser, il est aussi en tord au final !
Notre problème c'est qu'on est tous les deux sur la défensive et si yen a pas un qui fait le premier pas on risque d'être coincé. Enfin le premier pas je l'ai fais, je suis venu et c'était pas la décision la plus simple à prendre pour moi. Mais c'est comme s'il ne réalisait même pas ça, pour des frères normaux, que l'un s'inquiète pour l'autre serait naturel, pour nous ça ne l'ai pas il devrait pourtant bien le savoir et pourtant je suis là, je suis venu putin !

Finalement je réalise qu'il ne veut pas de moi, en tout cas je le comprend ainsi, et alors que je m'apprête à partir, une fois de plus il me retourne la tête. Je sais pas si c'est les médocs qui le rendent comme ça, mais je le comprend pas. Il m'agresse à moitié, mais finalement me laisse sous entendre que peut-être il est content de me voir ou qu'en tout cas il est pas contre que je reste ? Oh merde mec à un moment donner mets-toi d'accord avec toi même parce que là je pige plus rien moi !

« Je suis venu non ? C'est pas suffisant ? »

Je secoue la tête de droite à gauche. Si j'avais pas voulu être là, je serais pas venu au départ. On parle pourtant la même langue mais on ne se comprend pas. Comment est-ce possible d'en arriver là, j'arrive pas à comprendre, je crois que je me pose trop de question, et je me complique pas mal les choses tout seul et puisque que Daichi n'est pas le mec le plus simple non plus, je vous laisse imaginer le bordel pour communiquer.
Encore une fois il me sort une de ces phrases contradictoire, donc maintenant il est pas contre le fait que je reste, mais semble pas super content de me voir pour autant, et en plus ce serait moi qui ne ferait pas d'effort pour arranger les choses. Sérieux il me fait mal au crâne, qu'est-ce que je dois faire bordel ? Il veut que je me mette à genoux et que je le supplie de me laisser une chance ? Ca c'est hors de question, j'ai bien trop de fierté, j'en ai déjà ravalé beaucoup pour me pointer ici alors faut pas déconner non plus.

« Franchement je te comprend pas, je sais pas ce que tu veux alors par pitié soit plus clair parce que j'essaye, tu le vois peut-être pas mais je t'assure que je fais des efforts là ! »

Mais le problème c'est que j'ai l'impression d'être le seul à faire des efforts. Je sais pas ce qu'il attend de moi mais je pourrais pas continuer longtemps comme ça. J'ai fais une connerie la dernière fois chez lui oui c'est vrai, mais je me suis excuser déjà pour ça, je peux rien faire de plus puisque je ne peux pas revenir en arrière. Et puis merde, c'est lui qui est venu me chercher au bar, j'avais rien demander, et il avait qu'à me parler de son mec avant aussi, je suis pas le seul en tord dans cette histoire, il dit rien sur lui, il s'invente une identité mystère, sa vie entière semble un bordel sans fond et c'est à moi de tout deviner, de tout comprendre et de pas merder ? Et je suis pas télépathe moi, je suis pas devin non plus, alors s'il veut que je fasse des efforts qu'il en fasse aussi, qu'il commence par parler, peut-être qu'on pourra y arriver mais sinon ça va être dur là, parce que mine de rien, j'ai d'autre galère dans ma vie aussi et je peux pas tout gérer tout seul. Donc pour qu'on puisse éventuellement se parler j'ai besoin qu'il m'aide un peu là !


 
if i keep lying to myself it might become the truth ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
citizen
avatar
citizen


curriculum vitae :

Daichi est né à Kyoto mais il a vécu plus de vingt ans dans la petite ville d'Himi. Il a 27 ans et est contraint de changer de métier souvent. Il est auteur-compositeur mais ne travaille pas pour une agence en particulier et sinon à l'heure actuelle, il travaille dans une école en tant que bibliothécaire.



Anecdotes :

Il a un frère jumeau • A cause de son passé, il est souvent obligé de mentir sur son identité, tout comme il se retrouve à changer de nombreuses fois de travail • Il a passé 2 ans et demi en prison, accusé à tort, pendant cette période et encore un peu après, personne n'entendit le son de sa voix. Il ne parlait pas. • Il est auteur compositeur néanmoins il utilise un pseudonyme plutôt que son prénom : Ses initiales "D.H" • Il n'aime pas se déshabiller devant les gens à cause des multiples cicatrices présentes sur son torse • Le danger le fascine, il est exactement ce genre de type qui n'hésitera pas à prendre le risque de marcher sur les railles d'un train ou de se pencher au-dessus du vide sans être attaché • La musique le détend mais il préfère en règle général les chansons calmes et sans paroles. Ironique pour un compositeur. • Il joue d'ailleurs très bien du violon et de la guitare, Daichi a un attrait particulier pour les instruments à corde• Il ne supporte pas le monde, encore moins les lieux bondés et les endroits clos, ça l'oppresse à cause de ce que cela lui rappelle • Il est plutôt distant avec les gens en règle général, que ce soit des inconnus ou des anciennes connaissances. Tout comme il est loin d'être une personne tactile • Cependant Daichi est un jeune homme généreux, avec le coeur sur la main. C'est aussi une personne calme qui ne s'emporte que rarement mais qui peut faire mal lorsqu'il le fait.



Liens : Takumi est donc son frère jumeau • Kei est son meilleur ami d'enfance et assurément plus encore ~ • Théa était sa voisine à une époque, il lui a écrit une chanson qui lui servit pour ses auditions • Hiroki, Cho Hee et T.J le confondent avec son frère •


réseaux sociaux : La fichetteLes liens


Suivis RPs : Kei ♥ Brother ♥Tetsu ♥T.JHanaYukariCho HeeHirokiTomoya




MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   Mer 11 Jan - 5:13


Takumi & Daichi

Je voulais m'assurer que tout va bien ...


Est-ce que Daichi était vraiment contradictoire ? Paradoxal ? Il n’en avait pas l’impression. Il en avait juste assez de se battre pour une cause perdu, d’être celui qui devait expliquer quoi faire, quoi dire pour qu’une relation se passe bien. Ce genre de chose devait venir de soi-même et bien qu’il avait râlé, qu’il avait envoyé ce pique bien placé, cela n’empêchait pas qu’il ne notait pas cet effort de la part de son frère. Oui, c’était vrai, il était venu et il ne valait mieux tard que jamais. Seulement, ces excuses pour ce qu’il s’était passé chez lui, il ne les avait jamais eu. Les seuls excuses qu’il avait eu ne lui était pas dirigé, uniquement son petit ami. Et cet insulte, cette attitude, le jeune homme l’avait encore de travers parce qu’il y avait des moments où même s’il déclarait le contraire, il ne serait pas contre à ce qu’on s’en fasse pour lui. Tout comme il l’avait fait pour son jumeau sans obtenir de reconnaissance, pas même un remerciement alors qu’il avait pensé bien faire ce jour-là. Cela l’avait réellement rendu anxieux de le voir boire de la sorte, se disant que l’ingénieur devait avoir de sérieux problèmes pour noyer autant ses problèmes dans l’alcool et il aurait souhaité l’aider comme il aurait souhaité qu’on l’aide à une certaine époque. Depuis le début, depuis qu’ils s’étaient rencontrés, qu’est-ce que Takumi avait fait pour lui ? C’était sûrement ça la question qu’il aurait du lui poser... Parce que non, qu’il ne parle pas d’effort alors qu’il n’avait fait que râler jusqu’ici, pour tout, pour rien et que la seule fois où il se montrait un peu plus humain, un peu plus attention, c’était aujourd’hui. Certainement que le compositeur devrait être, au moins, reconnaissant pour son accident rien que pour cela, rien que pour donner un coup de pouce à l’évolution de son lien avec son frère. Hors... Il ignorait s’il en avait envie à présent. Non pas à cause de Takumi mais puisqu’il n’avait pas Kei, et que c’était l’unique personne qu’il désirait à ses côtés avant tout. C’était son amour, son oxygène, sa drogue et on lui avait enlevé violemment, on l’avait enfermé dans un centre pour qu’ils ne puissent plus se voir. Cela l’écoeurait. N’étaient-ils pas heureux tous les deux ? N’étaient-ils pas les seuls qui parvenaient à se faire sourire l’un l’autre ? Sans lui, tout lui paraissait vide, fade, et il éprouvait toujours cette envie folle de pleurer, de crier à cause de la douleur que lui provoquait son organe vitale. Donc, est-ce que cela servirait à quelque chose que son jumeau s’immisce dans sa vie maintenant ? Daichi ne lui apporterait rien de bon et il n’avait plus trop confiance pour dire que Takumi lui, pourrait sûrement lui apporter quelque chose. Il n’était même pas fichu d’aller lui chercher Kei alors hein ?

Un soupir avait traversé ses lèvres, ne préférant pas relever la réflexion de son interlocuteur. Sinon, ça allait encore partir en vrille et autant dire qu’il n’avait ni l’envie, ni la force de s’énerver en cet instant. Il était sorti du coma la veille, il était encore profondément épuisé, autant psychologiquement que physiquement donc non, il ne voulait pas se perdre dans un conflit de plus bel. Il n’y pouvait rien si son jumeau était têtu et qu’il ne réfléchissait pas plus que ça avant de parler, et qu’il ne se remettait pas en question. Fallait-il nécessairement que la personne semble avoir besoin de nous pour s’inquiéter pour elle ? Et si au cas où l’ingénieur ne saisissait toujours pas, Daichi n’avait pas à revenir vers lui alors qu’il l’avait déjà assez fait et que c’était lui qui s’était pris une insulte en pleine face. Pas le contraire. Mais soit, peu importe.

Il haussa les épaules, simple réponse à sa question. Est-ce que c’était suffisant ? Il n’avait pas la réponse, cela dépendrait sûrement de l’avenir et non, il n’allait pas lui sourire au visage alors qu’il venait de vivre un accident intense, que le manque était atroce et qu’il ne savait pas ce qu’il devait penser des actes de son jumeau. Normal d’être contradictoire à ce niveau là... Il était perdu. Il n’était pas un professionnel des relations sociales non plus, il avait toujours fui les gens en règle général parce qu’il avait honte de lui, qu’il avait honte de l’homme qu’il était puis qu’il ne désirait pas qu’on s’infiltre dans son existence, qu’on découvre ô combien il était quelqu’un de misérable en réalité et qu’on le juge, qu’on le critique, qu’on l’insulte de monstre comme ce fut le cas plusieurs années en arrière. Il ne le supporterait sûrement pas à l’heure actuelle, principalement si Kei n’était pas auprès de lui.

- Je sais, Souffla-t-il d’une faible voix, non pas sans détourner son regard ailleurs que sur son vis-à-vis.

Bien sûr qu’il le voyait qu’il faisait des efforts, enfin, il le pensait... Sinon Takumi ne serait pas là aujourd’hui. C’était juste... Compliqué.

- Et je ne veux rien...

Si, évidemment qu’il voulait quelque chose cependant l’unique chose qu’il désirait, il ne pouvait pas l’avoir. Ses doigts se crispèrent machinalement sur son draps à cette réflexion, ses lèvres se pinçant de plus bel. Bon sang... C’était horrible d’être aussi dépendant, tellement douloureux. Un sentiment qu’il n’aurait jamais cru ressentir pour quelqu’un un jour. A croire que Kei n’était pas une personne comme les autres. Il lui était spécial. Son tout. Vraiment.

- Tu fais ce que tu veux, Reprit alors le compositeur, ses phalanges continuant de triturer le linge qui le couvrait, il ne le regarda toujours pas, Je suis juste fatigué.

Physiquement, un petit peu, mais c’était plus au niveau mental où en réalité, ça n’allait pas. Puisque même s’il tentait de fermer les yeux, il ne s’endormirait pas. Il n’y parviendrait pas.


AVENGEDINCHAINS


In your heart, in your mind
I know now, just quite how my life and love might still go on. If I could, then I would, I'll go wherever you will go. Way up high or down low. I'll go wherever you will go© ΣXODUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je voulais m'assurer que tout va bien ... [Daichi & Takumi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» je sais que tu me mens et jusque là tout va bien. {SACHA}
» " l'optimisme c'est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal. "
» Un jour où tout va bien ou presque {Eryn}
» J'espère que tout va bien ce passer!
» Allons-y, tuons un contre-amiral, tout va bien, je gère.[Première partie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rainbow Entertainment :: Pendant le hiatus :: RPs-